Jacqueline Coutellier

sœur consacrée, ccn, Palerme (Sicile)

La grâce du commencement

Appelés à donner notre vie au Christ

Parmi les sept célibataires qui démarrent la vie commuanutaire, Montée du Chemin Neuf (Lyon), à l'automne 1973, Jacqueline Coutellier, jeune femme lyonnaise qui se pose la question de la vie religieuse, va vite devenir un des piliers de la Communauté. Le récit du « petit commencement » du Chemin Neuf lui donne l'occasion de nous en donner aussi les racines.

Tout a commencé par une expérience de rencontre avec le Saint Esprit

En novembre 1972, deux Jésuites, Bertrand Lepesant et Laurent Fabre demandent le Baptême dans l’Esprit Saint à la Bâtie, un chalet en montagne en Savoie. Dans les semaines qui ont suivi, ils nous ont partagé leur expérience et nous ont permis de demander à notre tour l’Esprit Saint, offrir notre vie au Christ comme redire oui à notre Baptême.

Comment décrire cette grâce ? Le sentiment d’un moment fondateur qui allait transformer la vie de plusieurs d’entre nous et se diffuser aussi dans différentes régions de France, notamment à partir de l’Abbaye du Bec Hellouin en Normandie, comme l’odeur d’un parfum qui se répand, celui d’un « nouveau printemps » pour notre Eglise qui vivait une remise en question post- 68 (crise d’autorité et des institutions). Le cardinal Suenens, qui nous visitera plus tard aux Pothières, avait l’image d’un « fleuve qui irrigue partout où il passe»!

Dès le mois d’octobre 1973, date de son début au 49, Montée du Chemin Neuf, à Lyon, le groupe de prière a été un espace d’accueil hebdomadaire et le lieu pour expérimenter les charismes, l’écoute de la Parole, la louange, l’œcuménisme (notamment avec l’église du Réveil de Villeurbanne) et la vie fraternelle. Cet espace est devenu pour nous comme une source, un lieu de conversion, d’écoute et de partage d’expériences avec des personnes d’âges et d’horizons d’une très grande diversité. C’est la racine première, « mère », cet espace du groupe de prière, pour sortir de nous-mêmes, de notre zone de confort chaque semaine, et accueillir ceux qui se présentent à la porte pour un temps de prière, répondant à un appel, comme cette première rencontre des disciples de Jean-Baptiste avec Jésus : « Rabbi, où demeures-tu » ?! Jésus leur répond : « Venez et voyez ».

L’appel à travailler pour l’unité des églises

De Pentecôte 1975 à Rome à Pentecôte 1977 à Lyon, puis Pentecôte 1982 à Strasbourg.
Pentecôte 1975 : Paul VI dit dans son homélie adressée aux membres du Renouveau Charismatique à St Pierre : « Vous êtes une chance pour l’Eglise ! ».

Pentecôte 1977 : nous animions le premier rassemblement charismatique national œcuménique des groupes de prière et Communautés nouvelles à Lyon, au stade de Gerland.
Pentecôte 1982 : lors du rassemblement charismatique et œcuménique européen à Strasbourg, il y a comme un passage de relais, de cette passion pour l’unité : « Père, qu’ils soient un pour que le monde croie » (Jn 17). Le Pasteur Thomas Roberts a été pour nous comme le Père qui nous confiait un héritage, ainsi que Jean Daniel Fisher et Alain Schwartz, pasteurs de l’Union de prière de Charme en Ardèche.

La vie communautaire

Un petit commencement

La maison du 49, Montée du Chemin Neuf était animée par le Père Gounon sj., qui accueillait des jeunes et les aidait à se réinsérer. Il souhaitait quitter cette maison. Et c’est ainsi que, le 3 octobre 1973, sept personnes ont pu démarrer la vie communautaire dans ce lieu. En 1974, Pierre nous a rejoints ; par ailleurs, il animait avec un Jésuite égyptien, Fadel, le groupe de prière de la rue Henri IV chez les Sœurs de l’Adoration.

Très vite, un réseau plus large que la fraternité de vie fut suscité par les fraternités du groupe de prière, appelées d’abord Communauté élargie, puis Communauté de l’Alliance et finalement la Communion, comme des cercles concentriques. L’été 1977, nous avons ensemble voté et choisi le même nom : Communauté du Chemin-Neuf avec la joie d’engager ensemble notre liberté pour l’œuvre que Dieu nous montrerait.

La fraternité de vie a donc partagé assez vite avec des couples, qui vivaient en fraternité de quartier ou de diaspora, ses points d’engagement :


Discerner son appel personnel.

Annoncer la bonne nouvelle (Luc 4, 16) : mission Jeunes et Cana… Partager avec les plus pauvres / choix d’une « caisse commune » et de la simplification de notre mode de vie.

Vivre la passion pour l’unité et pour la justice.

Comment la Croix a été plantée au 49 au début de la Communauté?


Brigitte Gautier était la plus jeune d’entre nous. Elle avait 23 ans, lorsque, avant même d’arriver à Lyon, elle doit être opérée en urgence d‘une tumeur au rein. Cette épreuve vécue avec elle la première année de la communauté au 49 nous a obligés à ralentir pour vivre dans la confiance, au jour le jour, construire la fraternité, l’apprentissage de la transparence, le partage des taches, la vie cachée à Nazareth… A Noël 74, avec elle, nous avons vécu le premier engagement communautaire. Elle s’est endormie le vendredi 1er février 1975 comme ce grain de blé qui tombe en terre et qui meurt pour porter beaucoup de fruits.

Après le premier cycle A en 1975, à Valpré, chez les Assomptionnistes, sept nouveaux membres entrèrent dans la communauté, dont une famille. La maison du 49 était trop petite, Dieu va pourvoir en nous donnant la maison des Pothières, l’été 1976.

La rencontre avec la spiritualité de Charles de Foucauld

Notre fraternité de vie a pu accueillir des familles et d’autres célibataires grâce à une rencontre providentielle autour des années 1977 : la fraternité de Grenay, réunie autour des petits frères de l’Evangile, de la spiritualité de Charles de Foucauld. Ils étaient quelques couples et célibataires et leur engagement était proche du nôtre : prière communautaire, vie fraternelle, formation biblique, Adoration. Lors de la première semaine communautaire aux Pothières et après discernement, plusieurs sont entrés en fraternité de vie : Bob et Guislaine Guitton au 49, Jean-Pierre et Christine Nave aux Pothières, François et Laurence Cartier au 53 Montée du Chemin Neuf ! Corinne Vergnais au 49… elle démarrera quelques années plus tard avec Jacques le foyer d’Henri IV et les premières fraternités des jeunes.

Troisième racine : la spiritualité ignatienne

En 1976, Pierre et moi-même sommes allés faire le mois d’Exercices Spirituels à Aix-en-Provence chez les Jésuites, accompagnés par le Maitre des novices, Jean Dravet. Deux ans plus tard, j’y retournais pour accompagner trois frères de la Communauté. Dans la suite, le Père Odilon de Varine, sj, s’est rendu plusieurs fois disponible pour donner avec nous la semaine d’Exercices aux Pothières. Jusqu’au jour où, dans la confiance et avec humour, il nous a dit : « Vous en savez assez » et il s’est retiré !

Nous avons reçu de St Ignace, et de Laurent, notre fondateur, la grâce du discernement : « Chercher et trouver la volonté de Dieu » dans les retraites, mais surtout au fil des jours à partir de la relecture personnelle et en communauté ; chercher où est le davantage, soit à l’échelon de la fraternité soit avec toute la communauté rassemblée.

Un des moyens mis en place dans la Communauté fut l’accompagnement et la formation d’accompagnateurs : pouvoir être écouté par un autre pour reconnaître ce qui parle au cœur et comment résister aux tentations ou pièges de « l’ennemi de la nature humaine ».

Un parcours de formation fut également un choix dès 1975 pour plusieurs d’entre nous et plus largement pour ceux qui fréquentaient le groupe de prière : trois mois à temps plein ou un week- end par mois sur deux ans, cycle A, cycle B, et cycle C ! Pierre et Jacques ont continué ensuite leur formation au séminaire diocésain de Lyon.

D’autres, comme Claire Daurelle et moi-même, ont suivi une formation proposée par le diocèse pour la catéchèse ou une formation théologique à l’université catholique de Lyon. Petit commencement qui s’est développé plus tard, grâce à Xavier Lacroix, doyen de la Faculté Catholique de Lyon, quand nous avons reçu l’Abbaye des Dombes…

Sentir avec l’Eglise, avoir un esprit de collaboration et de service. C’est une autre dimension reçue de St Ignace et inscrite dans notre histoire dès le début. Des missions variées nous ont été confiées assez vite par nos évêques en France : l’aumônerie de l’hôpital Pierre Garrot à Lyon, la paroisse d’un quartier Nord à Marseille, le foyer de la rue Madame à Paris… chaque fois, nous nous sommes laissés déplacer en reconnaissant un appel de l’Eglise. A Paris, le Cardinal Lustiger nous a demandé de donner le mois d’Exercices aux séminaristes de Paris pendant sept années consécutives. La première fondation hors France s’est faite grâce à Mgr Ernest Kombo qui nous a appelés au Congo Brazzaville. Dans chaque fondation où la Communauté s’est implantée, nous pouvons reconnaître ce double mouvement, l’appel de l’Esprit à partir d’une mission et/ou la demande d’un évêque.

Devenir disciples : « Il commença à laver les pieds des disciples » (Jean 13,5).

Pour conclure, contemplons ce geste que Jésus a vécu avec ses disciples, lors du dernier repas, le lavement des pieds et écoutons sa parole : « Heureux êtes-vous si vous le faites » ! C’est un des fondements de notre engagement.

Nous tous, membres de la communauté, nous resterons un Chemin-Neuf en reconnaissant que Lui, Jésus le Christ, Maître et Seigneur, s’est fait serviteur, revêtant le tablier du serviteur dans l’humilité, la pauvreté. Il nous a transmis une manière d’exercer la responsabilité comme un service de l’unité du corps communautaire et de l’Eglise.

C’est aussi une manière de vivre la fraternité en nous donnant des espaces de réconciliation dans nos fraternités et dans nos rencontres communautaires ou nos missions : accueillir la Miséricorde dans le sacrement de réconciliation et aussi demander ou recevoir le pardon d’un frère ou d’une sœur, partager une parole de paix qui restaure la relation. Ces moments sont comme une source précieuse pour la vie fraternelle et un témoignage. J. C.

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Autre   Oecuménisme   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

Je verrai toujours vos visages

Réalisé par Jeanne Herry en 2023, le film « Je verrai toujours vos visages » a fait découvrir au grand public l’existence et la pratique de la justice restaurative. S’inspirant de faits réels, le film traduit fidèlement la réalité de ces rencontres entre victimes et auteurs d’a...

 

Nativité trio

Marina Poydenot

Nativités Trio (sortie 17 décembre 2022), ce sont trois multi-instrumentistes au service d’un répertoire de folk-poésie qui chante les tendres et mystiques mystères de la vie. Marina Poydenot, Romain Feron et Ferenc Virag se sont rencontrés dans la Communauté du Chemin Neuf et se sont assoc...