Pierre Rivet

ccn, Île Maurice

9 janvier 2022

Année capitulaire à l'Ile Maurice

Appelés à la « diversité réconciliée »

Après deux années marquées par la covid, les membres de la Communauté du Chemin Neuf à l’Ile Maurice ont eu la joie de se retrouver ensemble pour vivre leur semaine communautaire. Cela se passait sur la côte Est, à Trou d’Eau Douce. Cette semaine leur a permis de « marcher ensemble » !

En regardant ce lieu bien nommé « Chêne de Mambré », nous avons pris à notre compte l’exaltation de l’apôtre Pierre lors de la Transfiguration : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes ». C’’est exactement ce que nous avons fait. En effet, trois tentes furent dressées avec délicatesse dans la vaste pelouse pour accueillir les trois villages et leur permettre d’évoluer à l’aise et sans contrainte d’espace. Les frères étaient là, à toucher de main, juste à côté l’un de l’autre. Comme c’était bon ainsi.

Durant ces quelques jours, nous avons pris du temps pour réfléchir et prier sur certains thèmes capitulaires (la gouvernance, la place des jeunes, le lien avec les frères et sœurs de la Communion…), mais aussi, nous avons travaillé sur le délicat sujet de notre identité et notre créolité en tant que citoyens mauriciens.

Ce travail ensemble se fit non sans heurts et rappels de douloureux récits et témoignages vécus par certains frères. L’objectif était de raconter notre histoire ensemble. Des récits personnels venaient s’ajouter à l’histoire et au vécu de l’autre. Des amertumes, blessures et souffrances ont été rappelées et se sont exprimées sans filtre et parfois avec une certaine violence. Il y avait comme une possibilité de dire ce qui était « moche » en nous, afin que cela soit accueilli et offert à la miséricorde. « Ensemble, c’est dur : oui, il y a une exigence a vivre cela », nous a redit notre sœur Dagmara (du Conseil de Communauté) présente avec nous lors de cette semaine. Certes, on continuera à se blesser parce qu’on est différents, mais notre appel, c’est d’être ensemble et de ne jamais vouloir être sans les autres.

Suis-je toujours, avec mes différences, un cadeau pour mes frères et sœurs ?

Dagmara, en nous partageant sa propre expérience, nous rappela le mystère de l’Esprit Saint qui est d’unifier et de diversifier à la fois ! Le Seigneur vient faire la lumière dans nos ténèbres. Il nous revient d’accueillir en nous cet Esprit Saint qui vient faire ce travail de conversion. On est toujours appelé à la conversion. Si on arrête de se convertir, la Communauté s’arrêtera !

C’était bon et salutaire de vivre cet exercice dans l’année capitulaire. Ce fut un grand moment de vérité avec soi-même et avec les frères. Il y aurait encore des choses à mettre en place pour aller plus loin. Nous sentons donc que l’enjeu pour nous, à Maurice, est de continuer à approfondir notre appel à vivre unifiés dans notre grande diversité. Cela se vit au travers de passages et des ajustements personnels, familiaux, communautaires et sociétaux. Alors seulement, nous pourrons être, uniquement par Grâce, une parabole pour l’ensemble de la communauté et pour le monde : une ile « Arc en ciel » qui vit cette « diversité réconciliée » comme le dit notre Pape François.

Cet article fait partie du numéro 74 de la revue FOI

Cheminer ensemble

septembre-octobre-novembre 2022

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...