Fernanda Castro Becerra Rojas

Directrice de la Casa Samaritana

12/01/2022

Divinopolis, Brésil

Casa Samaritana

Face à l'inégalité sociale présente au Brésil, la Samaritana, institution qui travaille au respect de la dignité de la personne, a un rôle social pertinent. Elle développe, en effet, des projets visant une nouvelle perspective de vie et la promotion humaine, avec l'engagement de participer à la construction d'une société plus juste. Fondée en 1980, la Samaritana, dont la direction est confiée à la Commuanuté du Chemin Neuf, fait un tout un travail social auprès de femmes, enfants, adolescents en situation de vulnérabilité et de risque social.

L’objectif de la Casa Samaritana est, à travers les projets qu’elle développe, de renforcer la citoyenneté, le bien commun et de réduire les différences sociales. Actuellement, trente familles, cinquante adolescents et quatre-vingt enfants bénéficient des propositions faites à la Casa Samaritana : des ateliers générateurs de revenus adressés aux femmes qui ont de faibles revenus et qui sont seules à élever leurs enfants ; des conférences de motivation, des cours de musique, des cours d’informatique, de citoyenneté et d’anglais ; des séances de psychothérapie de groupe, ainsi qu’une assistance et un suivi humain, favorisant la formation et la qualification des adolescents, en vue de leur insertion sur le marché du travail ; des activités à caractère préventif pour les enfants vivant dans la municipalité de Divinópolis/MG.

La vie et l’art de la couture :

Le projet « Coudre la vie et l’art » développe des ateliers de couture et d’artisanat pour la production d’articles utilitaires (torchons, coussins, sacs à main, jeux américains), en mettant l’accent sur le travail de patchwork associé à la broderie et au crochet. Les produits sont commercialisés par le biais de foires locales et de réseaux sociaux.

C’est grâce aux ateliers d’artisanat que Casa Samaritana a trouvé le moyen de préserver la culture locale et de garantir en partie la survie et le maintien du bien-être des femmes en situation de risque et de vulnérabilité sociale et de leurs familles.

École d’informatique, de citoyenneté et d’anglais.

L’EICI s’adresse aux adolescents âgés de 14 à 17 ans qui sont à risque et socialement vulnérables, dans un contexte de violation de leurs droits. Il s’agit d’adolescents qui ne peuvent pas s’inscrire dans les écoles privées par manque de ressources financières.

L’objectif de l’EICI est de permettre la formation nécessaire aux adolescents pour développer de nouvelles compétences et aptitudes, afin qu’ils soient en mesure de répondre aux demandes imminentes du marché du travail.

Projet SER

Le projet SER développe des ateliers de prévention pour les enfants et les adolescents âgés de cinq à treize ans en situation de risque et de vulnérabilité sociale, par le biais d’une psychothérapie de groupe. Celle-ci se déroule dans un espace ludique où l’individu montre ses désirs et ses sentiments, ses peurs et ses fantasmes dans une découverte de lui-même et de l’autre dans l’environnement dans lequel il est inséré.

La psychothérapie améliore le comportement et les attitudes de chaque enfant, dans le but de les aider à construire et à maintenir un équilibre personnel dynamique. Cette construction se fait au fur et à mesure que l’enfant, par le jeu spontané, intègre ses difficultés, ses besoins et son langage, de manière harmonieuse, à la réalité familiale et socio-éducative, c’est à dire à l’environnement dans lequel il vit.

Projet Musicar

Proposé aux enfants et aux adolescents âgés de 7 à 13 ans, le projet Musicar vise à développer le goût musical et l’aptitude à jouer d’un instrument en encourageant la créativité et l’interaction avec des compositeurs et des musiciens de la ville ou d’autres lieux.

Grâce à l’éducation musicale, le projet permet l’insertion de ces jeunes dans la société, en éveillant leur talent artistique et en générant des opportunités culturelles et professionnelles, contribuant ainsi à la formation des citoyens.

Les projets destinés aux enfants et aux adolescents visent à les encourager à rechercher une vie saine et, par conséquent, à se tenir à l’écart de la drogue et de la violence, un problème majeur auquel nous sommes confrontés aujourd’hui.

Afin de rendre possible la participation aux projets, l’institution fournit le transport, les goûters et l’aide alimentaire (paniers de produits de base, de légumes et de légumineuses), de sorte que les familles disposent au moins des éléments essentiels à leur survie.

Tout le travail développé à la Casa Samaritana vise à donner les moyens aux membres de la famille d’être formés pour changer leur situation de vulnérabilité, en leur donnant de la dignité, en réduisant les différences sociales, la pauvreté et la violence.

Cet article fait partie du numéro 75 de la revue FOI

Messagers d’espoir

décembre 2022-janvier-février 2023

Regard sur le monde   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Editorial

Voir, écouter, goûter la bonté de Dieu

Père François Michon

C’est en redescendant de la montagne, en revenant de l’accompagnement des Grands Exercices Spirituels de 30 jours à Bethanien en Suisse que je trouve l’invitation à écrire cet éditorial. ...

Semaine Internationale

Goûter à ce mystère de communion qu’est Dieu

Comme chaque année en janvier, les responsables nationaux de la Communauté du Chemin Neuf se sont réunis à Tigery, venant de 35 pays aussi variés que la Lettonie, le Tchad, le Canada ou encore Madagascar. L’édition 2020 fut marquée particulièrement par un travail de relecture et de transm...

Mission en paroisse

En chemin vers l’Essentiel

Jean-Hubert Thieffry

En 1997, à l’occasion des JMJ de Paris, la paroisse St Denys de la Chapelle a vécu une transformation inattendue. Nous avons alors réalisé que nous avions vécu simultanément les cinq dimensions essentielles des premières communautés chrétiennes décrites en Actes 2.1-47 : la relation pers...