Mathilde Montovert

ccn, célibataire consacrée, Levallois

12 janvier 2022

Dorothy Day, une rebelle au paradis

« Ce que nous voulons faire :
changer le monde »

Parmi les figures qui ont marqué le XX ième siècle, celle de Dorothy Day (1897- 1980) semble offrir une expérience et un message importants à la jeunesse d’aujourd’hui. Connue comme journaliste et militante catholique américaine, Dorothy Day est devenue célèbre pour ses campagnes publiques en faveur de la justice sociale, des pauvres, des marginaux, des affamés et des sans-abris. Pour la réalisation de son film, Mathilde Montovert est allée à New York rencontrer ceux et celles qui poursuivent l’action de cette femme hors du commun qui prônait la « révolution du coeur ». Lors de l’avant-première du film et du livre « Dorothy Day, une rebelle au paradis », de nombreuses réactions ont été récoltées par l’équipe NFG.
« Ce qui m’a touché dans la vie
de Dorothy Day, c’est son attachement au
Christ pour changer le monde. Cella se manifeste
directement dans sa vie, dans son cœur. »
Arnaud
« J’ai aimé la passion de
Dorothy Day pour ce qu’elle fait. Elle s’est vraiment donnée toute sa vie. Elle a vécu des
choses difficiles, et les a dépassées pour être au
service des personnes et de la foi. »
Barbara

Dorothy a vécu dans un réel contexte de pauvreté aux Etats-Unis, de crise globale, économique et sociologique, après notamment le krach boursier de 1929 qui a fait plonger le pays dans la misère, avec pas moins de 13 millions de chômeurs. Son époque est aussi celle de multiples conflits mondiaux : guerre d’Espagne, première guerre mondiale, deuxième guerre mondiale, guerre froide, guerre du Vietnam et plus tard le mouvement des droits civiques. C’est bien au cœur de ce contexte qu’elle s’est engagée pour combattre les injustices sociales et raciales, en faveur de la paix, de la non-violence.

« Je pense que Jésus
 a vraiment cette figure-là :
il est le fondateur de la justice sociale. »
Louis

« Ce qui me touche dans
l’Eglise, ce sont les initiatives locales qui créent du lien 
entre les personnes. Créer
des endroits où il y a des mélanges de milieux sociaux,
de nationalités, de générations. Plus on crée des projets 
qui mêlent les personnes, plus on enlève les barrières des préjugés 
qu’on peut avoir les uns sur les 
autres, plus cela peut se répandre dans nos quotidiens, dans le travail
, dans nos familles.
» Amélie

En pleine première guerre mondiale, elle a co-fondé, avec le Français Peter Maurin, une œuvre d’hospitalité auprès des plus pauvres, avec un accueil des plus démunis, distribution de vêtements et de nourriture : « Le mouvement catholique ouvrier ». En parallèle, elle a lancé un journal de diffusion de la doctrine sociale de l’Eglise, le Catholic Worker. Plus tard, elle développera même un réseau de fermes collectives, pour favoriser l’écologie intégrale, la consommation locale et donner du travail à ceux qui n’en ont pas.

Mystique au cœur du monde, elle s’appuie sur les Évangiles pour la création de son œuvre, en particulier Matthieu 25 : « Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait. »

« Elle est dans la bienveillance.
Elle sait aussi prendre du recul par rapport à son action de tous les jours contre la misère.
 »
Annie
« Nous avons la chance
de vivre dans des pays privilégiés. Mais je trouve qu'il y a toujours
de grandes injustices dans
certaines réalités. "Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix", donc sans justice, il n’y a pas d'amour ni de paix.
 » Arnaud

Elle lit beaucoup les psaumes, les vies des saints. Elle se sentira proche de Jeanne d’Arc dont l’héroïsme l’attire et empruntera la petite voie de Sainte Thérèse de Lisieux qu’elle prendra comme une amie précieuse. Elle se sentira aussi en phase avec l’esprit de pauvreté de Saint François d’Assise et recevra beaucoup de la règle bénédictine proposée par Saint Benoît de Nursie, qu’elle essaiera d’appliquer au mieux, jusqu’à prononcer des vœux d’oblate bénédictine. Elle a aussi développé toute une philosophie de vie qu’elle nommait « La révolution du cœur », en proposant de mettre le Christ, la charité, au-dessus de tout, en pensant comme disait St Paul, que « sans la charité, je ne suis rien. »

Elle s’engage très fortement pour la paix, la non-violence, contre la persécution hitlérienne des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale, contre le nucléaire, et ira d’ailleurs plusieurs fois en prison pour avoir manifesté dans les rues de New York en désobéissant civilement.

« Elle fait passer les autres avant elle, comme une cause avant elle.
passer les autres avant elle,
C’est un modèle pour nous : laisser
 passer les choses, les autres et Dieu avant
 nous. »
Arnaud

Dorothy Day ira jusqu’à Rome pour jeûner et implorer la paix dans le monde en plein Concile Vatican II. Plus tard, dans les années 60, elle s’inscrit dans la droite ligne de Martin Luther King et des afro-américains qui luttent pour leurs droits aux Etats-Unis.

Elle sera remarquée, à cette époque, en tant que femme proche des grands de ce monde. Elle aura pour ami le religieux Thomas Merton, entretiendra une relation avec Hanna Arendt, verra plusieurs fois Mère Teresa. Après de nombreux voyages et de nombreux écrits (plusieurs centaines d’articles, une dizaine de livres), elle s’éteint à l’âge de 80 ans à Mary House, lieu de sa résidence, avec sa fille Tamar à ses côtés. Elle reçoit de nombreux prix, récompenses, à titre posthume pour ses engagements en faveur de la justice et de la paix, aussi en tant que femme. En 2015, lors de son discours au Congrès Américain, le Pape François la nomme comme figure de référence pour le peuple américain aux côtés de Thomas Merton, Abraham Lincoln et Martin Luther King.

« L’Eglise, c'est toi, c'est moi. 
Donc il faut que nous, on commence 
parce que l’Eglise,
c’est pas un truc extérieur à nous, c’est nous.
 » Louis

Le procès de béatification de Dorothy Day est en cours aujourd’hui au sein de l’Eglise catholique. Beaucoup mènent une vie sainte sans cette reconnaissance ecclésiale. Certaines personnes nous sont pourtant offertes par l’Eglise comme modèles à suivre pour notre temps. Dorothy Day est une belle source d’inspiration pour le peuple américain, mais aussi au niveau universel, pour le monde entier. Elle remet en avant cette idée que la sainteté est accessible à tous, l’appel universel à la sainteté : pourquoi pas toi ? La sainteté n’est pas réservée à certains, elle est un devoir pour chacun, quels que soient nos situations, notre état de vie, notre caractère, notre âge, notre nationalité.

Dorothy Day est un beau portrait d’unité entre nos Eglises, une femme d’Outre-Atlantique, qui mérite d’être plus connue en Europe. Elle peut nous redonner l’espérance dans un monde marqué par des crises.

Pour en savoir plus

Lire le livre aux éditions Première Partie « Dorothy Day, une rebelle au Paradis ».
Regarder le film documentaire Net for God du mois d’octobre 2022, « Dorothy Day, une rebelle au Paradis ».


Cet article fait partie du numéro 75 de la revue FOI

Messagers d’espoir

décembre 2022-janvier-février 2023

Regard sur le monde   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

Je verrai toujours vos visages

Réalisé par Jeanne Herry en 2023, le film « Je verrai toujours vos visages » a fait découvrir au grand public l’existence et la pratique de la justice restaurative. S’inspirant de faits réels, le film traduit fidèlement la réalité de ces rencontres entre victimes et auteurs d’a...

Rabbin à Marseille

L’autre אחר

Haim Bendao

Né d’un père égyptien et d’une mère tunisienne, Haïm Bendao a eu un parcours aux rencontres multiples, le formant à la rencontre de l’autre. Aujourd’hui, Rabbin dans le 14ème arrondissement de Marseille, Haïm Bendao participe, avec toute une série d’actions sociales, mais aussi in...