Blandine Lagrut

ccn, soeur consacrée, observatrice officielle du Chemin Neuf

Miguel Desjardins

ccn, prêtre, rédacteur en chef de la revue Unité des chrétiens

Sandrine Nourry

ccn, sœur consacrée, déléguée pour les jeunes du Dicastère pour la promotion de l'unité des chrétiens

9 janvier 2022

Assemblée générale du COE à Karlsruhe (Allemagne)

Construire le consensus

La 11e Assemblée du Conseil oecuménique des Eglises (COE) s'est tenue à Karlsruhe, en Allemagne, du 31 août au 8 septembre 2022, avec 4000 participants venant du monde entier, sur le thème "L'amour du Christ mène le monde à la réconciliation et à l'unité". Organe législatif suprême du COE, l'Assemblée se réunit normalement tous les huit ans. Elle constitue pour les Eglises une occasion privilégiée d'approfondir leur engagement en faveur de l'unité visible et du témoignage commun. Ces Assemblées sont particulièrement le lieu où se vit l'expérience de la prise de décision ensemble, un enjeu très fort quand on considère la grande diversité confessionnelle et culturelle des participants.

L’Assemblée du Conseil OEcuménique des Eglises, ce sont 352 Eglises représentées par plus de 500 délégués. Cet après-midi, les délégués ont été priés d’être bien à l’heure dans la salle de réunion, 15h précises : il faut établir la liste des 150 personnes qui composeront le Comité Central, l’instance qui dirigera le COE pendant les huit prochaines années.

 Pour favoriser l’interaction dans la salle, chaque délégué a reçu des cartes pour indiquer son opinion : orange pour signifier son approbation, bleue pour exprimer sa réticence. Régulièrement, Agnès Abuom1, la modératrice du Comité Central interroge : « Quelle est la température de la salle ? Sommes-nous prêts à continuer ? »

Parfois, les interventions sur le podium s’interrompent : « Je vois une carte bleue au fond qui se lève ! Oui Madame, prenez la parole, on vous écoute. » En cas d’objection bloquante ou de contre-proposition, le délégué rejoint des micros installés sous des drapeaux et dispose de trois minutes pour exprimer sa préoccupation.

Les interventions sont précises. Parfois vives, parfois émouvantes.

Une jeune anglicane Annika M. interpelle les délégués : « Si vous ne mettez pas la priorité sur les jeunes maintenant, alors le mouvement œcuménique est promis à une mort certaine ! Si vous ne faites pas le choix de jeunes délégués aujourd’hui, alors il n’y aura personne pour vous succéder à la prochaine Assemblée en 2030 ! »

Le consensus n’est jamais donné d’emblée, il se construit dans le temps.

Pour la composition du Comité Central, on tient compte des aptitudes individuelles mais aussi de certains équilibres. Il s’agit d’assurer une représentation adéquate des confessions en veillant à ce qu’il y ait 50% de personnes laïques, 50 % de femmes, 25% de jeunes, 25 % d’orthodoxes. Par ailleurs, les personnes handicapées, les représentants de peuples autochtones et les membres de minorités2 raciales et ethniques doivent être impliqués. L’exercice est redoutable. D’une Assemblée à l’autre3, on tente de s’approcher de cet équilibre en notant les reculs et les progrès.

Une représentante d’un Église protestante du Brésil exprime sa frustration : « Avant notre Eglise avait une représentation au Comité et maintenant elle n’y est plus ! » Les organisateurs rappellent que ces changements sont inévitables : 352 Eglises font le pari d’être représentées par un Comité Central qui ne comptent que 150 membres. Le consensus pour arriver à une liste ne se produit pas automatiquement. Le consensus n’est jamais donné d’emblée, il se construit dans le temps. La préparation, la patience et la détermination sont de mise.

Le Révérend Eddy A. de l’Eglise réformée : « Mon nom apparaît dans la liste des délégués. Je suis plein de gratitude. Mais j’ai atteint un certain âge, et je veux laisser ma place a Stacey D. P. Cette jeune théologienne a toutes les compétences pour cette charge ». Ovations de la salle, longues minutes d’applaudissements.

Ces séances de travail en plénières ont eu lieu chaque après-midi. Nous découvrons une culture de la synodalité basée sur l’écoute, la formulation d’objections, la prise en compte des particularités. Comme catholiques, nous sommes impressionnés par la profondeur et la liberté des échanges. Cette 11ème Assemblée est en soi un vrai témoignage : « L’amour du Christ mène le monde à la réconciliation et à l’unité ».

[1] Eglise anglicane du Kenya.
[2] « Minorité » ici n’a pas un sens numérique mais structurel : elle désigne le fait que ces groupes sont sous-représentés dans les espaces de décision.
[3] Normalement, les Assemblées ont lieu tous les huit ans. La dernière s’est tenue à Busan, en Corée du Sud, en 2013.

Cet article fait partie du numéro 74 de la revue FOI

Cheminer ensemble

septembre-octobre-novembre 2022

Formation Chretienne   Oecuménisme   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

Nativité trio

Marina Poydenot

Nativités Trio (sortie 17 décembre 2022), ce sont trois multi-instrumentistes au service d’un répertoire de folk-poésie qui chante les tendres et mystiques mystères de la vie. Marina Poydenot, Romain Feron et Ferenc Virag se sont rencontrés dans la Communauté du Chemin Neuf et se sont assoc...