Père François Michon

Berger de la Communauté du Chemin Neuf

Du multiculturalisme
à l’interculturalité

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots » (Martin Luther King). La fraternité nous oblige donc à devenir intelligents ! La dimension internationale de la Communauté, qui semble une évidence, nous interroge de plus en plus.

« Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots » (Martin Luther King). La fraternité nous oblige donc à devenir intelligents ! La dimension internationale de la Communauté, qui semble une évidence, nous interroge de plus en plus.

Nous connaissons déjà bien le groupe « Mémoire, Identité, Métissage ». Dans son article, notre frère Ryan Rabathaly répercute le travail et la réflexion sur leur identité menée par nos frères et sœurs créoles : « Il y a en germe dans la diversité et le métissage des sociétés créoles une ouverture possible à une appartenance commune ». Dans la foulée, des frères et sœurs originaires d’Europe centrale prennent la mesure de ce qui dans leur histoire, impacte aujourd’hui leur relation à l’Occident. Ils se comprennent « autres » dans notre Communauté en France. Lors de mes rencontres avec des frères et sœurs brésiliens, j’ai pu percevoir le trouble qui les habite : ils aiment la Communauté qu’ils découvrent, ils perçoivent la richesse spirituelle et ecclésiale qui soutient leur vie à la suite du Christ, ils ont le désir de répondre à cet appel et pourtant, à la longue, ils ne savent pas comment vivre dans la Communauté dans laquelle ils se sentent encore étrangers… Ceci nous convoque pour de bons temps communautaires !

Lors de la session de rentrée des étudiants en philosophie et théologie de la Communauté, le père Aristide Dossou sj, professeur de philosophie d’abord à St Pierre Canisius à Kinshasa puis aujourd’hui au Centre Sèvres à Paris, nous a tracé un itinéraire philosophique conduisant du multiculturalisme à l’interculturalité. La culture est ce qui nous met ensemble en nous identifiant. Elle est aussi ce qui nous sépare en marquant les frontières de nos communautés d’appartenance.

« Le multiculturalisme accepte la coexistence de plusieurs identités culturelles dans un même espace public sans qu’il y ait forcément une interaction entre elles. Mais à bien y réfléchir, aucune société n’est entièrement multiculturelle dans la mesure où il y a évidemment une interaction entre les membres des différentes cultures, et leur contact crée une nouvelle culture appelée l’interculturalité. »

L’identité internationale de notre Communauté nous met au pied du mur : l’interculturalité n’est pas à proprement parler une recomposition culturelle qui émergerait de nos rencontres, mais précisément l’art de vivre et le désir de vivre la rencontre avec l’autre. Comme le dit Emmanuel Lévinas, « la transcendance est vivante dans les rapports à l’autre homme ».

L’identité chrétienne dans son origine exprime cette interculturalité. La catholicité de l’Eglise tente de signifier cette unité dans la diversité qui passe par la réconciliation. La vocation œcuménique de notre Communauté informe – « donne forme à » – nos relations interculturelles. Avançant chacun vers le Christ, nous nous rapprochons immanquablement les uns des autres, jusqu’à laisser l’Esprit Saint susciter des espaces où l’Eglise se reconnaît Une.  

Schéma : unité par la conversion des Eglises
(L. Fabre)

Cet article fait partie du numéro 66 de la revue FOI

Carlo Acutis

septembre-octobre-novembre 2020

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...