Fraternité 14-18

Grandir dans la liberté

La présence de couples et de familles dans la Communauté du Chemin Neuf l’a conduite très rapidement à accompagner des adolescents, particulièrement lors de ses temps forts. Les « fraternités Samuel », puis « les Jo » réunissaient ces jeunes autour d’activités très différentes, tant sportives que musicales ou caritatives. C’est en 1985 que s’est posée la question d’ouvrir ces groupes communautaires à de nombreux autres jeunes qui se présentaient. Ainsi est née la « Frat 14- 18 » ! Soucieux de ne pas en rester à une pédagogie des temps forts, les responsables proposèrent alors un accompagnement bâti autour de trois axes : la prière, le partage et le service, auxquels s’ajoutaient les intuitions de la fête et de la réconciliation. Pour de nombreux jeunes, la « Frat 14- 18 » a été comme un « lieu-source » et, devenus adultes, ils s’en souviennent encore !

Comment ne pas se souvenir ?

Frédéric

Ces trois années de « Frat 14-18 », depuis sa fondation à Montagnieu jusqu’à Sablonceaux, en passant par le Roucas Blanc, Tigery, les Pothières… ce fut une expérience humaine et spirituelle qui m’a marqué pour la vie.

Comment ne pas se souvenir des paroles de notre responsable, Denise : « Il y a des choses qui sont sérieuses, mais pas forcément graves », de l’accent magique de Hasso, qui savait parler à nos maux, de la guitare de Norbert qui donnait vie à nos chants, des témoignages sur la vie affective de Myriam et Philippe, de la présence aimante de Véronique ?

Comment ne pas se souvenir de toutes ces rencontres qui ont fait naître des amitiés, parfois même des amours, indestructibles ; de ces soirées de réconciliation qui nous ont appris le pardon ; de ces fêtes pour Dieu où de magnifiques prières communautaires succédaient aux rocks endiablés ; des pleurs du départ ; des effusions de joie des arrivées.

Merci aux « 14-18 » de nous avoir fait grandir en spiritualité, en responsabilité, en humanité : en amour !

Des années fondatrices

Prisca

J’ai été saisie par le Christ à l’été 1986, dans la forêt de Brocéliande. J’avais 14 ans. Mes parents étaient au service d’une session Cana. Je participais à un camp itinérant d’adolescents. L’été d’après, je rejoignais le premier camp d’été 14-18 ans.

Ces années au sein de la fraternité 14-18 ans ont été fondatrices et ont construit profondément et fondamentalement l’adulte que je suis devenue. Le Seigneur est depuis lors mon compagnon indéfectible, il m’a conduite à chaque instant, à chaque carrefour ou choix dans ma vie. En me retournant sur mes 51 ans de vie, je peux voir sa main, son empreinte, sa prévenance et sa protection.

Avec les 14-18, la prière est devenue une respiration, le partage en profondeur et en vérité, une évidence, l’engagement et le don de soi, une manière de vivre. La multitude et la diversité des enseignements et topos entendus durant ces années ont ouvert l’adolescente que j’étais à une réalité plus large et plus dilatée. L’immersion dans la vie fraternelle et communautaire, au gré des propositions annuelles, a planté dans mon cœur cette petite graine qui a mis des années à germer, mais qui trouve son origine dans mon engagement dans la fraternité 14-18 ans. Actuellement engagée dans la communauté du Chemin Neuf et vivant en couple et en famille en fraternité de vie, je peux vraiment affirmer que mon premier « oui » au Seigneur a été donné durant ces années d’adolescence avec les 14-18.

Une équipe d’animation fraternelle

Philippe et Myriam

A la rentrée de 1986, nous venons de rentrer du Congo et sommes installés à Epinay-sous-Sénart, tout près de Tigery, en mission sur une paroisse populaire. La communauté nous propose de participer à la fondation de la mission 14-18 lors d’un weekend à Montagnieu et de devenir responsables pour le Nord de la France. C’est une surprise pour nous. Nous avons de l’expérience avec les enfants comme chefs louveteaux, mais pas du tout avec les adolescents.

La fondation de la mission 14-18, c’est pour nous d’abord la constitution d’une équipe fraternelle et nous travaillons à l’élaboration des week-ends et sessions dans une ambiance joyeuse. Nous sommes touchés par la confiance de Denise qui nous permet de donner le meilleur de nous-mêmes, tout en respectant notre rythme propre de famille.

En ce qui concerne la rencontre avec les jeunes, nous sommes touchés aussi par leur confiance, les échanges, les regards, les chants, les témoignages, la prière, les amitiés et, pour certains, le don de leur vie.

Nous mettons peu-à peu en place la charte des 14-18 ans. L’autorisation de fumer seulement à l’extérieur. A l’époque pas de téléphone portable mais la cigarette est encore autorisée à l’intérieur des bâtiments dans la société civile. L’heure du coucher !!! Nous avons le souvenir de nuits passées à guetter le crissement du parquet à Tigery pour ramener au bercail les promeneurs nocturnes !

Pour soutenir les jeunes dans leur foi entre deux week-ends ou sessions nous avons eu la joie d’élaborer les « 5 minutes pour Dieu », un petit guide de prière quotidienne à l’usage des jeunes.

Un formidable enthousiasme

Emmanuel

Je me souviens de nos rencontres pour « penser » la fraternité 14-18 ans avant son démarrage, essayant d’écouter ce que l’Esprit conseillait en phosphorant jusqu’à point d’heure… D’un article dans Tychique, à l’époque, pour expliquer aux parents le projet. Du formidable enthousiasme de dizaines de jeunes qui attendaient le démarrage des 14-18 avec impatience. De l’inventivité de Denise qui proposait le matin (au Roucas) de pique -niquer sur la plage à midi. Et du pèlerinage joyeux de notre descente à la plage. D’A.M.E. qui était venu filmer la session. Du pasteur Henri Hartnagel tout heureux de venir parler à tant de jeunes et de leur faire découvrir la tendresse du Père dans l’évangile du fils prodigue… Et je rends grâce au Seigneur pour tous ceux qui ont parcouru le chemin depuis… Et approchent la cinquantaine ! Alléluia !

Les journées étaient belles

Bruno

En juillet 1990, je suis arrivé à l’Abbaye de Sablonceaux pour me mettre au service de la mission 14-18 ans, avec Denise et Véronique. Je découvrais tout. Dès les premiers jours, Mgr David nous a exhortés : « N’ayez pas peur d’être exigeants avec les jeunes, ils aiment relever les défis ».

Du coup, nous avons relevé des murs de pierres, nettoyé et creusé le cellier qui est aujourd’hui l’oratoire de l’Abbaye. Les journées étaient belles, fraternelles, priantes, épuisantes.
L’année suivante, nous organisâmes de beaux parcours, rue Madame. Je me souviens être descendu le long d’une échelle dans ce qui était une salle de théâtre, avec Denise, pour une soirée en début d’année. Et des soirées à thème, avec le frère universel, Charles de Foucauld par exemple …. Sans oublier le tour des fraternités à travers la France. A tel point qu’un matin Denise ne savait plus où elle était en se réveillant …

Une belle amitié est née entre nous animateurs, et avec les jeunes aussi. Vive la mission 14-18 ans ! Merci, cher Saint Esprit de nous l’avoir confiée.

Croire avec d’autres et célébrer

Flore

Ma découverte des 14-18 date de .. mes 14 ans (!), … Il y a 34 ans! Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?
Tout d’abord, ma première expérience de rencontre avec une communauté priante, de fête, de rencontres, ma première expérience de rencontre personnelle avec le Seigneur. On chantait, on dansait, on se marrait, on pouvait parler du sens de la vie bref, dans mon quotidien compliqué, je devenais vivante avec d’autres… Alors non, je ne suis pas devenue communautaire au Chemin Neuf, mais mon chemin de foi s’est amorcé là, alors que Le Seigneur m’avait déjà devancée… et cela m’a amenée à poursuivre ma route notamment avec des communautés de laïcs informelles, de spiritualité ignatienne. Cela m’a conduite, depuis un an, à accepter le service d’accompagnement spirituel, tout en vivant mon travail de conductrice de bus comme une vraie mission de Présence gratuite auprès de nos contemporains. Gratitude profonde qui m’habite quand je fais mémoire de ces rencontres fondamentales où croire avec d’autres et célébrer prenaient sens et vie, à l’adolescence, une période de vie qui n’est pas des plus simples à traverser !

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Vie de l'église   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

5 ans après la déclaration « La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune »

Le document sur la fraternité humaine, une boussole pour aujourd’hui

Emmanuel Pisani o.p.

C’était le 4 février 2019. Le pape François et le Grand Imam d’al-Azhar s’étaient retrouvés à Abu Dhabi où ils signaient ensemble un document sur la fraternité humaine. Indéniablement, une surprise. Plus encore, un évènement. Jamais encore dans l’histoire de l’Eglise et des rel...