Anneline Vanseymortier

mariée, mère de trois enfants, ccn, Strasbourg

6 juin 2024

Grandir en liberté intérieure. Déplacement

Poème - Prière

Laisser place à la vie

Qui en soi grandit.
Vie donnée, vie reçue ;
Vie fragile, vie dépendante ;
Vie qui appelle, vie qui bouscule.
Vie qui amène à
Poser des choix,
Faire des pas de foi,
Un pas à la fois.
Vie qui conduit à
S’interroger, se positionner :
Qu’est-ce qui compte vraiment ?
Qu’est-ce qui fonde l’important ?
De l’existence, quel est le poids ?
Quelle est la mesure de l’essentiel ?
Vie qui invite à
Se décentrer
Pour mieux se centrer.

Etre là.

Présente.
Etre là.
Pour vous, pour toi.
Faire place.
Faire de l’espace.
Faire face.

Se départir

D’une folle agitation,
D’un trop plein de stimulations
Des injonctions étouffantes « je dois, il faudrait »,
Des croyances erronées « j’existe,
car je fais »,
Du rythme effréné, de projets
en projets,
De réussites et d’efficacité recherchées.

Cesser

De passer à côté
De l’instant donné.
Enfin,
Accueillir la gratuité,
L’apparente inutilité.
Le temps long.
Le temps rond.
Le temps plein.
La joie qui bat son plein.

Vivre la monotonie,

La litanie scandée ,
Des gestes, paroles et routines répétées,
Des rites habités,
Par Son Esprit vivifiés.
Chemin d’ascèse.
Vie de moniale dans les cris et les larmes.


Vie cachée, vie donnée.

Qu’est-ce que travailler ?
Qu’est-ce qui fonde mon identité ?
Où est ma sécurité ?
Où ma confiance est-elle placée ?
Qu’est-ce qui donne goût à ma vie ?
Quelle est sa tessiture et sa saveur ?
Conversion du regard,
Conversion du coeur,
Conversion des mains.

Bienheureux temps de la maternité,

Mise à part comme une offrande
consacrée,
Un sacrifice vivant avec toutes ses
impuretés.

Me VOICI
Portée par le Père aimant,

A l’amour patient et débordant,
Qui jamais ne se lasse,
Toujours me dépasse.
Un Père qui aime
Envers et contre tout,
Pardonne,
S’engage,
Ne faillit pas.
Un Père pédagogue,
Qui fait grandir en élevant.
Grâce infinie de notre Dieu.

Me VOICI
Accompagnée par le Fils incarné


Corps et esprit,
Qui fait sien
L’humble quotidien,
Se laisse traverser
Par ma fragilité humanité.
Un frère qui prend soin
Prend le temps de cheminer
A mes côtés.

Il accueille mes doutes et mes lâchetés,
Entend mes espoirs secrets.
Il ouvre le regard,
Porte à voir
Ce qui est petit et caché,
Telle une porte du royaume révélé.
Parole, chemin et vérité
Qui ouvre son coeur, ouvre ses mains,
Sa vie même ne retient.
Pain brisé.
Ressuscité !

Me VOICI
Conduite par l’Esprit créateur


Qui réinvente, affermit, construit,
Forme, émonde, façonne,
Pour qu’à l’image du créateur je sois
plus conforme.
Que je puisse marcher
Sur des chemins de liberté
Reliée
A Celui qui est,
A mes soeurs et frères en humanité,
A ma véritable identité.
Qui m’invite à…
OSER

Cet article fait partie du numéro 81 de la revue FOI

Vie intérieure

juin-juillet-août 2024

Regard sur le monde   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…