Sr. Violaine de Noblet

ccn, Allemagne.

Spiritualité ignatienne

La grâce de l’accompagnement spirituel

La vie spirituelle est avant tout une question de relation personnelle entre Dieu et chacune de Ses créatures. Néanmoins, afin d'avancer et s'enraciner dans l'écoute de Sa Parole, la tradition ignatienne propose l'accompagnement spirituel comme lieu possible de discernement des "motions intérieures" que nous vivons tous, une fois mis sur le chemin du Christ.

Nous avons donné notre vie au Seigneur, nous souhaitons nous conformer à sa volonté, et pourtant nous faisons souvent le constat, parfois avec une certaine désolation, que nous avons bien du mal à lui rester fidèle. L’important n’est pas de tomber, encore moins d’atteindre une forme de perfection humaine, mais plutôt de nous ouvrir à cet amour incommensurable qui nous relève, et par là de nous éveiller à la présence du Christ dans nos vies à laquelle nous sommes souvent endormis.
Une des fonctions de l’accompagnement est de relire des événements précis de notre vie en identifiant ce qui nous a détournés de cette présence, en apprenant à discerner les ruses du tentateur.

Une des fonctions de l’accompagnement est de relire des événements précis de notre vie en identifiant ce qui nous a détournés de cette présence.

Nous sommes appelés à « louer, respecter et servir Dieu ». Or, nous observons souvent que nous cherchons plus à contrôler ou changer la réalité qu’à le servir avec un esprit détaché. Contrairement à notre illusion, nous ne pouvons pas maîtriser la réalité (par exemple la santé, les réactions de nos proches, les événements qui nous arrivent, la manière dont nous sommes perçus…). Le réel nous échappe constamment. Et nous tentons pourtant vainement de le contrôler en focalisant notre attention à l’extérieur, sur les autres. Cette attitude nous empêche d’être attentifs à l’écoute de nos motions intérieures, et d’entrer dans un véritable chemin de conversion. La pratique d’une relecture quotidienne nous aide à être davantage attentifs à ces différents mouvements de l’âme et à gagner en vigilance.

Prenons un exemple concret. Lors d’un enterrement, une personne est profondément gênée par la tenue de sa sœur, vêtue de couleurs, contrairement à la tradition familiale. S’en suit alors des jugements intérieurs. Pourquoi s’est-elle habillée de la sorte ? N’aurait-elle pas pu être plus  discrète ? En se demandant la raison pour laquelle elle réagit si fortement intérieurement, elle comprend qu’elle n’est pas libre du regard des autres membres de sa famille élargie sur sa famille restreinte. Craignant le jugement des autres et se sentant insécurisée, elle s’est imaginé ce que plusieurs personnes auraient pu penser ou dire sur sa famille. C’est une libération de comprendre que le problème n’est pas la tenue qu’elle jugeait inappropriée de sa sœur, mais bien son manque de liberté intérieure.

Nous éveiller à la présence du Christ dans nos vies

Nous avons souvent l’illusion de croire que le problème vient de l’autre, alors qu’en réalité, il n’est que le révélateur de nos propres peurs. C’est pourquoi, tous les petits événements du quotidien auxquels nous accordons souvent peu d’importance sont en fait très précieux à relire et sont en réalité de vraies « mines d’or ». Pourquoi, à partir d’un simple regard, d’une seule phrase je tombe dans la désolation ? Plutôt que de critiquer l’autre, nous pouvons plutôt chercher à identifier ce qui a provoqué le basculement intérieur. Que me suis-je dit ? Quelles pensées m’ont traversé l’esprit ? Par ailleurs, si je me suis sentie menacée ou insécurisée, c’est que je cherche à protéger une identité. Laquelle ? L’identité de « quelqu’un de bien » ? de bonne mère ? de bon prêtre ? d’une bonne responsable ? d’une personne solide ? L’accompagnement spirituel peut donc nous aider à faire la distinction entre l’événement lui-même, par exemple la tenue vestimentaire, et les pensées occasionnées par l’événement. Et c’est précisément là, dans nos pensées et notre imagination que le mauvais esprit peut agir comme l’affirme la tradition1. Comme Paul Auster l’exprime si bien, « l’imagination, c’est l’art de donner vie à ce qui n’existe pas ». Lors de la relecture, nous pouvons être attentifs à la manière dont nos films intérieurs, nos émotions ou nos faux raisonnements donnent de la consistance à ce qui n’en n’a pas. C’est cet imaginaire qui cause nos tempêtes intérieures, bien plus que la réalité en elle-même. Nous sommes alors comme les apôtres au cœur d’une tempête, oubliant la présence de Dieu dans ma vie, la puissance de mon imaginaire prenant alors le pas sur la réalité.

Il ne s’agit pas de se poser en juge, mais d’apprendre à développer la vigilance. Evagre le Pontique invite aussi à cette attention intérieure : « Sois le portier de ton Cœur, et n’y laisse entrer aucune pensée sans l’interroger ; interroge-les une à une, et demande à chacune : es-tu de notre parti ou de celui des adversaires ? … il faut donc scruter à tout instant l’état de ton âme »2. Et le Christ lui-même nous invite à la vigilance, à veiller et prier sans cesse. Demandons au Seigneur la grâce d’apprendre à repérer ce qui nous coupe de cette présence fidèle au cœur de nos vie et nous éloigner de notre vocation : « louer, respecter et servir Dieu » en toutes choses.

[1] Les Pères grecs évoquent parfois l'état de vigilance par le terme de « nepsis », qui consiste à demeurer présente à Dieu afin de ne pas se laisser surprendre par le tentateur, qui ne peut agir que par le moyen des pensées ou de l’imagination.
[2] Evagre, Lettre II. Cf. aussi Doctrine spirituelle, de Louis Lallemant, qui invite à entrer dans un discernement en temps réel. Cf. aussi Imitation de JC qui invite constamment à regarder ce qui se passe en soi, plutôt que de vivre à l’extérieur de soi-même.

Cet article fait partie du numéro 61 de la revue FOI

A la source du pape François

juin-juillet-août 2019

Formation Chretienne  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Rabbin à Marseille

L’autre אחר

Haim Bendao

Né d’un père égyptien et d’une mère tunisienne, Haïm Bendao a eu un parcours aux rencontres multiples, le formant à la rencontre de l’autre. Aujourd’hui, Rabbin dans le 14ème arrondissement de Marseille, Haïm Bendao participe, avec toute une série d’actions sociales, mais aussi in...

Dialogue interreligeux

Dialogue ou mission, faut-il choisir ?

Florence Javel

Lorsqu’il s’agit de parler de dialogue interreligieux, une question revient souvent, celle de la place accordée à la rencontre et celle de l’évangélisation. Aujourd’hui on préfère le mot « rencontre » à celui de « dialogue » et le terme « évangélisation » remplace celui de « ...