27 mars 2024

Rome : Année de Prière en préparation du Jubilé 2025

« La prière, un véritable dialogue avec Dieu »

En préparation du Jubilé de l’Espérance, en 2025, le Pape consacre l’année 2024 à l’année de la prière. Officiellement ouverte le 21 janvier, jour du dimanche de la Parole, l’année de la prière invite les diocèses à promouvoir la centralité de la prière individuelle et communautaire. Dans cet objectif, Le Dicastère pour l’Evangélisation a élaboré certains instruments utiles afin de mieux comprendre et redécouvrir la valeur de la prière. Un manuel pastoral est disponible en ligne, pour aider les communautés paroissiales, les familles, les jeunes, les prêtres, les moines et moniales, à vivre plus consciemment l’exigence de la prière quotidienne. En voici quelques extraits.

Ce guide pastoral, « Apprends-nous à prier », invite à « intensifier la prière comme dialogue personnel avec Dieu, une invitation qui doit nous conduire à réfléchir sur notre foi, sur notre engagement dans le monde d’aujourd’hui, dans les différents domaines où nous sommes appelés à vivre, pour qu’il puisse alimenter une ardeur renouvelée pour l’évangélisation de l’homme moderne.
Une année consacrée à la redécouverte de la grande valeur et de l’absolue nécessité de la prière dans la vie personnelle, dans la vie de l’Eglise et dans le monde. »


L’enseignement de Pape François sur la prière

Dans un premier temps, le document propose de nous réapproprier les « Catéchèses sur la prière » que le Pape François a données entre mai 2020 et juin 2021.
« La prière est la première force de l’espérance. Lorsque vous priez, l’espérance grandit, elle va de l’avant. Je dirais que la prière ouvre la porte à l’espérance. L’espérance est là, mais avec ma prière j’ouvre la porte » (Audience générale, 20 mai 2020).
« La prière de Jésus est le lieu où nous percevons que tout vient de Dieu et retourne à Lui. Parfois, nous les êtres humains, on se croit maîtres de tout, ou au contraire nous perdons toute estime de nous mêmes, nous allons d’un côté à l’autre. La prière nous aide à trouver le bon chemin en relation avec Dieu, notre Père, et avec toute la création » (Audience générale, 4 novembre 2020).

« Par la prière, il se produit comme une nouvelle incarnation de la Parole.
Et nous sommes les « tabernacles » où la parole de Dieu veut être hébergée et conservée, pour visiter le monde […]. Par la prière, la Parole de Dieu vient habiter en nous et nous y habitons. La Parole inspire les bonnes intentions et soutient l’action ; cela nous donne de la force, cela nous donne de la sérénité, et même lorsque cela nous met en crise, cela nous donne la paix »
(Audience générale, 27 janvier 2021)

« Tout dans l’Eglise naît dans la prière, et tout grandit grâce à la prière.
Lorsque l’Ennemi, le Malin, veut combattre l’Eglise, il le fait d’abord en essayant d’en tarir les sources, l’empêchant de prier. […] La prière est ce qui ouvre la porte au Saint-Esprit, qui nous incite à avancer. Les changements dans l’Eglise sans la prière ne sont pas des changements dans l’Eglise, ce sont des changements de groupe »
(Audience générale du 14 avril 2021).


« Jésus non seulement veut que nous priions comme Il prie, mais il nous assure que, même si nos tentatives de prière étaient complètement vaines et inefficaces, nous pouvons toujours compter sur sa prière. Il faut en être conscient : Jésus prie pour moi » (Audience générale, 2 juin 2021).

« Apprends-nous à prier » : pour une école de prière

Vient ensuite un enseignement sur la prière.
« Dans l’Evangile de Luc, nous voyons les disciples de Jésus s’approcher du Maître avec une demande profonde et significative :
‘’Seigneur, apprends-nous à prier’’ (Lc 11, 1). Cette demande, qui reflète certainement la conscience de leurs limites et de la nécessité d’une indication pratique par rapport à la manière de prier, cache aussi, en son sein, une dimension propre à chaque personne: le besoin d’avoir un enseignant, un guide pour vous accompagner vers les choses les plus importantes de la vie.
A l’école d’un maître, le disciple ne peut grandir que s’il marche dans le sillon marqué par ceux qui le précèdent : en marchant sur les mêmes traces que le maître, en effet, il pourra saisir sa capacité et, peu à peu, naîtra ce sens de l’émulation qui lui permettra un jour d’atteindre la même connaissance : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande », « Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes » (Jn 15, 12 ; 14, 12).
Ces paroles sont ressenties par les disciples, y compris en ce qui concerne la prière : étant en présence du Maître, ils sont attirés par sa manière de prier, par son retrait à l’écart, par la relation avec le Père qui se manifeste également à travers la conscience profondément enracinée dans la prière continue. C’est ainsi qu’est née l’attirance pour cette relation de filiation au point que les apôtres ont voulu en faire partie. Grâce à ce désir, le Maître décide de leur apprendre à prier, donnant ainsi vie à une véritable « Ecole de prière » qui transformera un désir en une expérience vraie et propre, capable de façonner leur relation avec Dieu et, par conséquent, avec les autres hommes.
Tout cela rappelle ce que le Saint-Père a rappelé à plusieurs reprises, en soulignant que la prière n’est pas seulement une pratique pieuse, mais elle est comparable à un ‘’souffle de l’âme’’, elle est l’expression d’un besoin profond et naturel de tout être humain. La prière, selon le Pape François, est un véritable dialogue avec Dieu, un ‘’face-à-face avec Lui’’ (Méditation matinale dans la chapelle de la Résidence Sainte-Marthe, 15 mars 2018), un moment d’écoute et de réponse, où les fidèles s’ouvrent à la volonté et à la direction du Seigneur. De ce point de vue, la demande des disciples révèle que la prière n’est pas une formule de communication automatique, mais qu’elle requiert, au contraire, un enseignement, une discipline et des méthodes que seul le Maître peut indiquer. De même que les disciples ont demandé à Jésus de leur apprendre à prier, nous aussi, pour entrer dans une relation plus intime et personnelle avec Dieu, nous ne devons pas craindre de demander de l’aide, tout d’abord au Maître et, ensuite, à ceux qui, en tant que guides spirituels, marchent depuis longtemps dans la présence du Seigneur et ont déjà appris à reconnaître ses pas et son chemin.

https://www.iubilaeum2025.va/fr/giubileo-2025/verso-il-giubileo/2024-anno-della-preghiera.html

« Je me réjouis dès à présent de penser que l’année précédant l’événement jubilaire, 2024, pourra être consacrée à une grande “symphonie” de prière. Tout d’abord pour retrouver le désir d’être en présence du Seigneur, de l’écouter et de l’adorer »
(Pape François)

Cet article fait partie du numéro 80 de la revue FOI

Dialoguer pour se comprendre

mars-avril-mai 2024

Formation Chretienne   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…