Pascale Paté

ccn, comité de rédaction

1 juin 2022

Le courage

« Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de vaincre ce qui fait peur » , écrivait Nelson Mandela dans Un long chemin vers la liberté.

Comme de nombreuses personnes dans notre pays, après un premier mouvement de stupeur à l’annonce de l’invasion russe en Ukraine, j’ai été très vite bouleversée par la force de résistance du peuple ukrainien. Comme si ce que décidaient de vivre ces hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, décidés à défendre leur pays, leur terre et leur liberté, quel qu’en soit le prix, réveillait en moi (et en nous tous) cette notion dont on ne parle plus fréquemment : le courage.

Le courage des mères qui quittent leur pays et leur époux, afi n de mettre leurs enfants à l’abri et assumer seules cette situation d’exil; le courage de ces jeunes de 20 ans, garçons et fi lles qui partent au front pour défendre leur pays, le courage d’un peuple de tout âge et toute situation qui est entré en résistance, il y a trois mois, afi n de défendre le chemin démocratique emprunté voici trente ans ; le courage d’un président que rien n’avait préparé à représenter cette lutte pour la liberté ; le courage des personnes russes qui osent donner un autre avis que celui du Kremlin…

Mais, la situation en Ukraine est aussi un appel au courage pour le reste de l’Europe. Dans son article intitulé « Ukraine, le courage est de retour en Europe », (La Croix, 4/ 03), le journaliste Jean-Pierre Denis voit dans l’invasion de l’Ukraine un effet paradoxal : le retour de la résistance et du courage en Europe. Un courage qui serait, pour lui, une vertu à cultiver aussi pour les chrétiens.

En effet, que veut dire, pour nous, « être courageux » ? Faut-il être en guerre pour avoir du courage ou cette force morale et d’action concerne-t-elle notre vie quotidienne ? Le courage d’aimer, d’aller au bout de la vérité et du pardon, le courage de ne pas craindre pour soi, de choisir l’autre, le courage d’accueillir la vie telle qu’elle se présente…

Jésus lui-même, Fils de Dieu et vrai homme, fi t preuve de courage, au nom de l’amour : « Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem » (Lc 9, 51- 56).

Cet article fait partie du numéro 73 de la revue FOI

La guerre et la paix

Juin-juillet-août 2022

Autre  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

La brèche intérieure.

« Cette nuit, de loin, quelqu’un vit une scène inoubliable : un homme luttait contre lui-même et un autre, avec une légèreté aérienne, composait, avec ces coups, des pas de danse ». (Prol., p. 8)...

 

L’Abbé Pierre

Le film que consacre Frédéric Tellier à celui qui fut souvent élu per- sonnalité préférée des Français parcoure les multiples facettes de cet homme qui a été moine, soldat, résistant, député, mendiant, tribun médiatique. Une constante revient dans toute ces vies : le combat, comme l...

 

Les pauvres sont l’Eglise

Dans une quinzaine d'entretiens, initialement publiés en 1983, le journaliste G. Anouil interroge le Père J. Wresinski (1917-1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde. Glanons-y, au fil des pages, quelques suggestions....