Fanny Hebert

foyer Henri Planchat, Puteaux

21 décembre 2023

Témoignage

Les Maraudes à Châtelet

Depuis mon arrivée à Paris, ma vie se par- tage entre un quotidien bien installé, et les maraudes du mercredi soir organisées par la Communauté du Chemin Neuf.
Rencontre lors d’une maraude à Châtelet

On est une petite équipe de bénévoles à se rassembler pour cette mission spéciale. A défaut de pouvoir donner aux personnes que nous rencontrons un toit ou de l’argent, nous leur offrons quelque chose qui pour certains est bien plus précieux que le reste : du temps.

On ne distribue pas de la nourriture en grande quantité, mais nous prenons le temps de distribuer du temps de grande qualité. Nous nous asseyons et partageons tout simplement avec ceux qu’on rencontre, dans la simplicité et l’honnêteté. Beaucoup d’entre eux sont touchés par notre venue, et beaucoup d’entre nous sommes touchés par la force et la bienveillance de ceux que l’on rencontre. Les sourires, les conversations, et les moments de connexion deviennent les ingrédients essentiels de ces maraudes.

Les Maraudes en Action

La nuit tombe sur Châtelet, et la ville prend un nouveau visage. Alors que beaucoup se retirent dans la chaleur de leur maison, nous nous rassemblons pour pouvoir apporter un brin de chaleur, avec notre cœur, à nos amis des rues. C’est autour d’une soupe chaude, ou d’un bon café trop chargé que des regards s’échangent, que des histoires lourdes se partagent, et que des rires s’entendent. Un jeu de cartes nous permet de faire des tours de magie faisant briller les yeux lorsque les mots sont plus difficiles à sortir.

C’est le moment le plus riche de ma semaine, la reconnaissance de ces personnes est le plus beau des cadeaux. Et prendre deux heures de ma semaine pour leur apporter du baume au cœur est si peu pour moi et tant pour eux.

La Beauté de la Vulnérabilité

Ce qui frappe le plus lors de ces maraudes, c’est la beauté de la vulnérabilité. Les sans-abris, souvent marginalisés et ignorés, se révèlent dans toute leur humanité. Leurs histoires, leurs luttes, et leurs espoirs émergent dans la douce lumière de la bienveillance. Il y a une pépite, que j’appellerai Jean pour le préserver, un homme au regard profond qui, après s’être battu des années dans l’armée, se retrouve dans la rue car sa retraite est trop infime pour se permettre de payer son loyer. Il raconte comment il en est arrivé là, comment la société l’a rejeté, mais il partage aussi ses rêves pour un avenir meilleur. Il est vulnérable, mais sa vulnérabilité est belle et c’est aujourd’hui sa force.

Puis, il y a Maryse, une femme douce qui a traversé des épreuves inimaginables. Sa voix tremble lorsqu’elle parle de ses souffrances, mais elle sourit lorsqu’elle parle de sa résilience. Les échanges sont parfois compliqués mais même lorsque qu’on évoque ses activités de la journée ou les rayons de soleil qui l’ont accompagnée, son sourire est pour nous le plus beau des cadeaux. Sa vulnérabilité est belle.

Bernard, un ancien croupier rencontré autour d’un tour de magie, nous a tendrement appris à manipuler les cartes lorsqu’il avait deviné notre technique de magie. Une envolée de cartes a remplacé les étoiles du ciel de Paris cette soirée-là.

Ce qui me touche beaucoup dans ces maraudes également, c’est que nous commençons les maraudes par une prière pour que l’Esprit Saint nous accompagne dans nos mots, puis nous finissons également en priant afin de confier nos rencontres du soir. Certains de mes amis non-croyants viennent aussi, et apprécient tout autant les maraudes, car le précieux cadeau de ces rencontres rend tout humain plus beau.

Ces rencontres entre les bénévoles et les sans- abris sont des leçons de vie. Elles rappellent que la vulnérabilité n’est pas une faiblesse, mais une force.

La Force des Rencontres

Ces rencontres entre les bénévoles et les sans-abris sont des leçons de vie. Elles rappellent que la vulnérabilité n’est pas une faiblesse, mais une force. Les sans-abris n’ont pas peur de montrer leurs émotions, leurs cicatrices, et leurs rêves brisés. Ils nous rappellent que nous sommes tous vulnérables, que la vie est fragile, et que la compassion est essentielle.

Les bénévoles ne se contentent pas de donner, ils reçoivent aussi. Beaucoup d’entre eux sont touchés par l’accueil chaleureux des sans-abris, par leur gratitude et par leur persévérance. Ils apprennent que la vulnérabilité partagée crée des liens indissolubles.

L’Impact sur les bénévoles et les Sans-Abri

Ces maraudes ont un impact profond sur les bénévoles. Ils deviennent plus conscients de la réalité de la rue, plus sensibles à la détresse humaine, et plus engagés dans la lutte contre l’itinérance. La compassion devient une seconde nature, et la générosité une vertu inestimable.

Du côté des sans-abris, ces maraudes apportent de l’espoir. Ils voient des visages amicaux, entendent des mots de réconfort, et reçoivent des boissons chaudes. Ils savent que quelqu’un se soucie d’eux. Cela peut faire toute la différence dans leur lutte quotidienne pour survivre.

Partager la Beauté de la Vulnérabilité

À Châtelet, nous avons compris que la vulnérabilité n’est pas à craindre, mais à embrasser. Elle nous rappelle notre humanité partagée, notre besoin de connexion et de compassion. Les maraudes ne sont pas seulement une mission de charité, mais une célébration de la beauté de la vulnérabilité.

En prenant le temps de s’asseoir, d’écouter, et de partager avec ceux que l’on rencontre, nous démontrons que l’amour et l’attention sont des remèdes puissants pour la douleur de la rue. Ces bénévoles nous montrent que nous pouvons tous apporter un changement significatif en distribuant du temps et de l’amour.

Alors, la prochaine fois que vous passerez à Châtelet un mercredi soir, peut-être prendrez-vous un moment pour partager un sourire, une conversation, ou un repas chaud avec quelqu’un dans le besoin. Car, comme nous l’ont enseigné ces bénévoles, c’est dans la vulnérabilité partagée que réside la véritable beauté de la vie. H.

Cet article fait partie du numéro 79 de la revue FOI

PAUVRETE ET VULNERABILITE

décembre 2023-janvier-février 2024

Regard sur le monde   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

La brèche intérieure.

« Cette nuit, de loin, quelqu’un vit une scène inoubliable : un homme luttait contre lui-même et un autre, avec une légèreté aérienne, composait, avec ces coups, des pas de danse ». (Prol., p. 8)...

 

The Old Oak

The Old Oak ( le vieux chêne ) est un pub, seul et dernier lieu de convivialité dans une localité marquée par le chômage dû à la fermeture des mines de charbon. Ken Loach peint ici à nouveau la pauvreté des anciennes cités ouvrières du nord de l’Angleterre. Visages, dialogues qui disent...

 

Les premiers ressuscités.

« Par leurs propres souffrances, les pauvres connaissent le Christ souffrant. » Ces mots du pape François mettent l’accent sur ce que les plus pauvres doivent endurer : menace de la mort sociale, accumulation des épreuves qui débordent, usure du corps et de l’esprit…...