Alain Culem

Communion du Chemin Neuf, Villeurbanne

La Communion a 30 ans !

L’image de la roue

Tous ces engagements dans l'église locale et diocésaine nous ont conduits à accueillir à bras ouverts le projet de la Communion en 1992, en participant joyeusement et selon nos moyens à l'achat de Tigery comme maison de la Communion.

Tous ces engagements dans l’église locale et diocésaine nous ont conduits à accueillir à bras ouverts le projet de la Communion en 1992, en participant joyeusement et selon nos moyens à l’achat de Tigery comme maison de la Communion. Et en concrétisant cette adhésion dans la joyeuse nuit de travail, pour couler la grande dalle en béton du « manège » avec beaucoup de frères se relayant sans arrêt sur les deux bétonneuses, sur les brouettes et pour étendre le béton en une seule fois sans interruption, afin de passer ensuite l’hélice d’un « hélicoptère » que s’était procuré notre frère Bob Guitton. Nous avions vraiment l’impression de couler les fondations de cette Communion, que nous avions reçue et « décidée avec l’Esprit Saint » et la Communauté unanime réunie au complet dans le cuvage des Pothières, quelques mois auparavant.

Je me rappelle encore où j’étais, dans l’angle gauche en passant la porte principale, et particulièrement le moment où Bruno Fabre, non loin de moi, a reçu et donné l’image de la roue de char à rayons, avec son gros moyeux central. Pour ma part j’ai reçu et donné une des interprétations possibles de cette image, qui me venait clairement comme étant celle du corps unique de la Communauté et de la Communion, en revoyant aussitôt le moyeu de roue qui servait alors de tabernacle dans le petit oratoire du premier étage, avec une lampe au milieu, fabriqué par Jacques Montfort… C’est à dire le lieu de prière central, rayonnant sa lumière au milieu de la Communauté.

Puis, j’imaginais le cerclage en métal très dur, qui ,en même temps, tenait l’ensemble à la périphérie et permettait à la roue d’affronter les pierres du chemin, en résistant à tous les chocs du monde qui nous entoure… C’était là le rôle et le symbole de la communion qui devait se frotter au monde… Mais les rayons étaient indispensables à la cohésion de l’ensemble, en tenant solidement ensemble le chemin de roulement et le moyeu; amortissant les chocs extérieurs pour le moyeu et assurant la souplesse et la légèreté de l’ensemble; à la différence des antiques roues pleines, trop rigides et trop lourdes… Tout en transmettant en retour la lumière, la direction et la rotation régulière du moyeu, à la périphérie, dans un don de soi et un service réciproques.

Engagements à vie
Ordinations sacerdotales de Hasso Beyer et Henri Rakotoaritsoa

Cet article fait partie du numéro 73 de la revue FOI

La guerre et la paix

Juin-juillet-août 2022

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...