Interview : Ric Thorpe, évêque d'Islington

L’implantation d’églises… toute une histoire!

Le révérend Ric Thorpe est évêque auxiliaire de Londres depuis septembre 2015. Il était auparavant conseiller de l'évêque de Londres pour l'implantation d'églises et recteur de St Paul's Shadwell. Son rôle aujourd’hui au sein de l'Église anglicane est de soutenir et d'encourager l'implantation d'églises à Londres et dans toute l'Angleterre. Ce travail le conduit aussi à l'étranger pour encourager l'Eglise dans le monde entier.

NFG : L’implantation d’églises n’est pas une invention récente. Pouvez-vous nous redonner un bref historique de l’implantation d’églises en Angleterre ?

Ric Thorpe : L’implantation d’églises a commencé en Angleterre au premier siècle, lorsque les Chrétiens ont fondé les premières églises en Grande-Bretagne romaine. Mais, cette Eglise n’avait pas de fondements solides. Aussi le pape Grégoire-le-Grand, au VIe siècle, envoie Augustin de Cantorbéry établir de nouveau l’Eglise d’Angleterre, en 597 de notre ère. Cela a été un premier mouvement d’implantation d’églises. En effet, des églises se sont développées dans des villes, puis de ces églises dans d’autres villes et villages et peu à peu dans tout notre pays. Un autre mouvement trouve ses origines dans l’apostolat de Saint Patrick. Celui-ci a construit des églises partout en Irlande, puis il a envoyé Aidan en Angleterre (Ndlr : Saint Aidan, 590 – 651, est un moine irlandais et missionnaire, connu pour avoir rétabli le christianisme en Northumbrie au sud de l’Ecosse). Il a commencé à implanter des églises au nord du pays, dans un endroit appelé Lindisfarne qui était sa base et d’où il a envoyé des responsables. Peu à peu, il a établi des églises dans toute l’Angleterre. On voit donc ces grands mouvements d’implantation d’églises grégoriennes et augustiniennes, puis le mouvement d’implantation d’églises celtiques inspiré par St Patrick. Ces mouvements continuent à résonner tout au long des siècles. Plus récemment, nous avons vu l’émergence de quelque chose dans l’Eglise anglicane. De nouvelles églises ont été établies dans les années 1960-1970. Au cours des années 80, l’Eglise d’Angleterre s’est interrogée sur la manière de relancer un tel mouvement d’implantations.

Sur le parvis de l’église St. Peter à Londres

NFG : Comment, dans l’Ecriture, pouvons-nous observer la manière de se propager de l’Eglise depuis Jérusalem par ce que vous appelez aujourd’hui des implantations ?

R.T. : A la source de l’histoire de l’implantation d’églises en Angleterre, notre histoire commune se lit dans les Ecritures. Nous connaissons l’Eglise de Jérusalem qui a commencé au chapitre 2 des Actes des apôtres ; mais ensuite nous entendons parler d’une nouvelle Eglise qui est établie dans un lieu appelé Antioche, sur la côte. Elle a été fondée par de nouveaux Chrétiens venant de nations et de milieux différents. Certains étaient des convertis du judaïsme, d’autres des croyants issus du paganisme, qui n’avaient pas cet arrière-fond de foi en Dieu. Ainsi, vous avez cette Eglise qui commence à être établie. Dans le chapitre 13 des Actes des apôtres, nous voyons que dans cette Eglise dont faisaient partie Paul et Barnabé, ainsi que plusieurs autres Chrétiens de nombreux pays, les responsables ont senti que le Saint Esprit les conduisait à envoyer Barnabé et Saul pour partir fonder de nouvelles églises dans de nouveaux lieux. Ils partent donc à Chypre – d’où Barnabas est originaire – et ils commencent à prêcher l’Evangile dans les synagogues. Puis ils établissent de nouvelles églises dans toute l’île. Ils se dirigent ensuite vers le nord, dans le sud de la Turquie, la Galatie d’où vient Paul. Les premières églises ainsi implantées dans le premier voyage missionnaire étaient dans le pays natal de Paul et celui de Barnabé. Lors d’un second voyage ils ont fondé de nouvelles églises à travers la Turquie puis en Europe. Lors du troisième voyage, nous voyons que Paul reste à Ephèse qui se trouve dans le Sud-Ouest de la Turquie et constitue le centre de la région, qu’on appelait alors Asie. Paul n’a pas réellement quitté cette ville, mais nous lisons dans Actes, chapitre 19, verset 10 que « Toute l’Asie, tant les Juifs que les Grecs, ont entendu l’Evangile ». Que s’était-il passé ? Au cours de cette période de deux ans et demi à trois ans, Paul a enseigné et formé de nouveaux disciples et il les a envoyés en tant que « planteurs d’églises » dans les villes de toute la région ; à leur tour, ils ont formé d’autres « planteurs d’églises » qui sont partis implanter dans les villes et les villages. Et ainsi l’ensemble de ce littoral occidental a entendu l’Évangile. Toutes les Eglises mentionnées dans les chapitres 2 et 3 de l’Apocalypse, les sept Eglises auxquelles Paul écrit, sont des Eglises qui ont été établies au cours de ce troisième voyage missionnaire. La création de ces Eglises est donc une pratique normale. C’est Jésus lui-même qui, à la fin de l’Évangile de Matthieu, dit : « Allez dans le monde et faites des disciples en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, en leur apprenant à obéir à tout ce que je vous ai commandé. Et je serai avec vous jusqu’à la fin du monde. »

NFG : Aujourd’hui, votre motivation est donc de poursuivre cet élan venu des apôtres…

R.T. : Dans la première épitre aux Corinthiens chapitre 3, Paul parle aux Corinthiens de leur désunion : certains en préfèrent un, certains préfèrent un autre. Il ramène le tout à leur fondement, et il dit : « J’ai semé la semence, et Apollos a arrosé. Mais c’est Dieu qui donne la croissance ». C’est un verset tellement important lorsque nous pensons à la « plantation ». Il s’agit de comprendre que l’un de nous pourrait être impliqué dans la plantation d’une graine (l’Évangile), un autre pourrait aider une Eglise à grandir et à s’établir ; mais en réalité, la croissance – c’est-à-dire que les cœurs changent, que les gens viennent à la foi – est l’œuvre de Dieu. Et il nous le rappelle dans le verset suivant. Il dit : « Nous sommes des collaborateurs de Dieu ». Quel privilège étonnant de travailler avec Dieu ! Il nous a appelés à participer à son travail, à planter des graines, à les arroser, pour que la croissance commence à se produire.

Ce mandat se poursuit aujourd’hui : nous devons atteindre de nouvelles communautés de personnes avec lesquelles nous ne sommes pas en contact pour le moment, faire des disciples et implanter des églises au sein de ces communautés. Le mot « Eglise » dans le Nouveau Testament est le mot grec « ecclésia » qui n’est pas un bâtiment mais un groupe de personnes. Nous sommes donc appelés à créer de nouveaux groupes de disciples de Jésus, dans de nouveaux endroits, de nouvelles façons. Je suis motivé par le fait de passer du temps avec des gens qui ressentent l’appel de Dieu à aller ailleurs et à faire quelque chose de nouveau. Juste pour passer du temps avec eux, les aider à articuler les plans que Dieu a pour eux, à déterminer ce qu’ils doivent faire pour passer au niveau suivant et les aider à réfléchir à ce qui pourrait être la prochaine étape.

Cet article fait partie du numéro 63 de la revue FOI

Church Planting

décembre 2019-janvier-février 2020

Oecuménisme   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

"Make a wish"

Friends in the Lord

It takes a great deal of wisdom and closeness to God to trust a community that is smaller and younger than one's own, and to make room for it. To all of those people who have chosen to walk a part of the "journey" with the Chemin Neuf Community, we asked them to express a wish. Thank you for your re...

Chemin Neuf Youth

Constantly translating

Mustapha Amari

Founded in 1980, the youth mission led by the Chemin Neuf Community has gone through many successive "waves", trying to discern what best suits the new generations. Mustapha Amari, who has just returned from the World Youth Day (WYD) in Portugal, describes the pillars of the Chemin Neuf Youth pastor...