Goh Rodrigue Yapi

prêtre, ccn, Aix-en-Provence

21 décembre 2023

La journée mondiale des pauvres

« Ne détourne ton visage d’aucun pauvre » (Tb 4, 7)

Instituée par le pape François, la journée mondiale des pauvres est célébrée le 33e dimanche du temps ordinaire, une semaine avant la solennité du Christ Roi de l’univers qui clôt l’année liturgique. Elle est le fruit du jubilé extraordinaire de la miséricorde de 2016 1 au cours duquel le pape François exhortait tout le peuple chrétien à redécouvrir et à remettre à l’honneur les œuvres de miséricorde corporelles 2 et spirituelles 3 contenues dans la prédication et les actes même du Christ.

Les origines

Le 13 novembre 2016, au cours de la messe du Jubilé des personnes socialement exclues, une semaine avant de clore l’année sainte de la miséricorde, le pape François, ému par la présence de toute cette assemblée de personnes en marge de la société, vivant dans les périphéries existentielles, sort du texte de son homélie et laisse parler son cœur. Il proclame ainsi : « A la lumière de ces réflexions, je voudrais qu’aujourd’hui soit la journée des pauvres ». La première sera célébrée le dimanche 19 novembre 2017. Cette journée puise dans la miséricorde de Dieu, y trouve tout son sens et sa portée, et y met tous ceux qui acceptent de se laisser regarder par Dieu, le pauvre comme le riche, ceux qui se laissent rejoindre par sa compassion, qui ne résistent pas à son amour.

Les sept premières journées

Le désir est grand de vous faire plonger dans ces messages du pape François qui réveillent notre conscience, ouvrent nos yeux et nos cœurs pour découvrir et nous laisser interpeller par les différents visages de la pauvreté « qui demandent une attention à chaque condition particulière : dans chacune d’elles, nous pouvons rencontrer le Seigneur

Jésus qui a révélé sa présence dans ses frères les plus faibles (cf. Mt 25, 40). » 4 Mais notre propos, aussi bref soit-il, aura rempli toute sa fonction s’il suscite en vous le désir de méditer par vous-mêmes ces messages dans lesquels retentit fortement l’appel du Christ, son visage dans le plus pauvre. Néanmoins, nous vous proposons d’accueillir les thèmes de ces sept premières journées en une version qui prendra la forme d’une charte d’attention aux plus pauvres, au moment où le Verbe de Dieu se fait chair pour embrasser notre humanité dans toute sa fragilité :

Frère, Sœur,
C’est aujourd’hui le moment favorable, C’est l’instant où Dieu se donne ! N’aimons pas en paroles, mais par des actes (1 Jn 3,18).
Car lorsqu’un pauvre crie,
le Seigneur entend (Ps 33,7)
Et nous le savons : L’espérance des pauvres
ne sera jamais déçue (Ps 9,19) ! Alors «
Tends ta main au pauvre » (Si 7, 32), Pour donner, mais surtout
pour recevoir.
«
Des pauvres, nous en aurons toujours avec nous » (cf. Mc 14,7),
Pour que jamais nous n’oublions le plus pauvre d’entre tous : le Christ,
Lui qui s’est fait pauvre à cause de nous (cf.2Co8,9).
Alors, «
Ne détourne ton visage d’aucun pauvre » (Tb 4, 7)
Car c’est aujourd’hui
le moment favorable,
C’est l’instant où Dieu se donne !

Dimensions théologique, spirituelle et liturgique

Même si cela n’a pas été pensé au départ, il est possible de proposer une lecture à la fois théologique, spirituelle et liturgique de cette journée mondiale des pauvres

L’année liturgique commence avec l’Avent où le peuple chrétien, dans l’attente du retour du Christ en gloire, s’apprête à célébrer sa naissance, parce qu’aujourd’hui encore il vient ! L’Enfant Roi vient et se livre dans une mangeoire. La crèche offre le même spectacle que la croix, Dieu se donne à la crèche, il se donne à la croix. Le spectacle de la faiblesse, de la pauvreté, de la vulnérabilité…On ne peut qu’être désarmé, humble et dépouillé devant celui qui est vulnérable, sans arme, sans force, démuni, celui qui ne résiste pas, mais se laisse faire, s’abandonne, se livre entièrement, totalement.

La crèche comme la croix est le lieu du dépouillement, le lieu du désarmement. L’enfant fragile, l’Enfant Roi par sa faiblesse nous désarme de notre colère, nos jugements, notre haine, notre jalousie, nos mensonges, nos fausses apparences et fausses sécurités. Il est le messie crucifié et le Seigneur ressuscité qui siège à jamais à la droite du Père. Mais dans nos vies quotidiennes, l’enfant Roi continue de nous montrer son visage dans les pauvres, sous les traits du mendiant qui mendie, par-dessus tout, les gestes de la charité, de la fraternité, de la dignité.

Alors au moment de conclure l’année liturgique en fêtant et bénissant le Roi des siècles, la journée des pauvres nous interpelle : qu’as-tu fait du Pauvre ? Qu’as-tu fait de ton Roi ? L’as-tu vraiment accueilli, de la crèche à la croix ? Le pauvre nous ramène toujours à l’essentiel, au Christ. Accueillir le pauvre pour pouvoir accueillir le Christ Roi de l’univers. La journée des pauvres inaugure pour ainsi dire l’octave qui nous préparera à célébrer dignement le Christ Roi, le Seigneur de l’histoire et cela n’est point anodin.

L’esprit franciscain comme horizon de l’agir

Les messages des journées des pauvres sont toujours publiés le 13 juin, mémoire de saint Antoine de Padoue, qui n’est pas que ce saint efficace pour retrouver les objets perdus ! Une invitation à découvrir ce contemporain de François d’Assise, ce Frère Mineur qui a su vivre, porter et enseigner, à l’image du Poverello, l’option fondamentale pour le Christ pauvre et l’Evangile. Etre Mineur est un style de vie, c’est toujours se tenir humble et pauvre devant celui qui me lave les pieds, toujours humble et pauvre devant celui à qui je lave les pieds. G. R. Y.

[1] Annoncé le 11 avril 2015 dans la bulle d’indiction Misericordiae Vultus.
[2] Donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts.
[3] Conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts.
[4] Cf. L’introduction du Message de la 4ème journée mondiale des pauvres, novembre 2020.

Cet article fait partie du numéro 79 de la revue FOI

PAUVRETE ET VULNERABILITE

décembre 2023-janvier-février 2024

Autre   Regard sur le monde   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

La brèche intérieure.

« Cette nuit, de loin, quelqu’un vit une scène inoubliable : un homme luttait contre lui-même et un autre, avec une légèreté aérienne, composait, avec ces coups, des pas de danse ». (Prol., p. 8)...

 

The Old Oak

The Old Oak ( le vieux chêne ) est un pub, seul et dernier lieu de convivialité dans une localité marquée par le chômage dû à la fermeture des mines de charbon. Ken Loach peint ici à nouveau la pauvreté des anciennes cités ouvrières du nord de l’Angleterre. Visages, dialogues qui disent...

 

L’Abbé Pierre

Le film que consacre Frédéric Tellier à celui qui fut souvent élu per- sonnalité préférée des Français parcoure les multiples facettes de cet homme qui a été moine, soldat, résistant, député, mendiant, tribun médiatique. Une constante revient dans toute ces vies : le combat, comme l...