Pascale Paté

rédactrice en chef, ccn

Ne pas détourner les yeux de la souffrance

Comment parler de la guerre qui se déroule en Ukraine ? Nous ne sommes pas des spécialistes en géo-politique, mais néanmoins nous savons que ce conflit nous concerne, nous qui vivons dans un pays démocratique. Comment en parler, alors que notre communauté comprend des membres russes et ukrainiens, c’està- dire orthodoxes russes et orthodoxes ukrainiens ? Comment en parler, alors que, parmi nous, certains ont fait l’expérience de la guerre et de l’exil et que d’autres portent les valeurs de la nonviolence ? Comment en parler, alors que nous ne vivons pas sous les bombes et que nos commentaires ne seront qu’insuffisants?

Oui, mais comment ne pas en parler ? Comment ne rien dire de la souffrance violente infligée à ce peuple qui résiste à un pouvoir qui veut lui retirer le chemin démocratique entamé depuis 30 ans ? Comment ne pas parler, alors que nous sommes interpellés dans notre foi, notre espérance et notre charité ?

Au moment de Pâques, Mgr Sviatoslav Shevchuk, archevêque-majeur de Lviv et primat de l’Église grecque catholique ukrainienne (EGCU), lançait un appel aux « chrétiens du monde entier et à toutes les personnes de bonne volonté » à « ne pas détourner les yeux de la souffrance, de l’humiliation, de la mort et des blessures de l’Ukraine ».

Alors, comment en parler ? En partageant et échangeant sur nos propres réactions et questions, dans notre diversité, tout d’abord. Puis, en cherchant des auteurs qui peuvent nous aider à réfléchir et prier « les yeux ouverts ». C’est le chemin parcouru par les membres du comité de rédaction de la revue FOI. Unité des chrétiens, Europe, guerre de l’information, courage, hospitalité, nonviolence, processus de paix… Chacun d’eux s’exprime et introduit un sujet, parce que servir la communication, c’est aussi s’impliquer.

C’est au coeur de notre époque et de ses bouleversements que la Communauté fait mémoire de son histoire, mais surtout envisage l’avenir en ouvrant un processus synodal. Etre à l’écoute les uns des autres, des « signes des temps » et de l’Esprit Saint, afin de continuer à être au service de nos contemporains ! Bienvenue dans notre année capitulaire !!

Cet article fait partie du numéro 73 de la revue FOI

La guerre et la paix

Juin-juillet-août 2022

Autre  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

La brèche intérieure.

« Cette nuit, de loin, quelqu’un vit une scène inoubliable : un homme luttait contre lui-même et un autre, avec une légèreté aérienne, composait, avec ces coups, des pas de danse ». (Prol., p. 8)...

 

L’Abbé Pierre

Le film que consacre Frédéric Tellier à celui qui fut souvent élu per- sonnalité préférée des Français parcoure les multiples facettes de cet homme qui a été moine, soldat, résistant, député, mendiant, tribun médiatique. Une constante revient dans toute ces vies : le combat, comme l...

 

Les pauvres sont l’Eglise

Dans une quinzaine d'entretiens, initialement publiés en 1983, le journaliste G. Anouil interroge le Père J. Wresinski (1917-1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde. Glanons-y, au fil des pages, quelques suggestions....