Adolphe Compaore

marié, ccn, Ouagadougou (Burkina-Faso)

Témoignages

Pour la fraternité et l’oecuménisme

Je suis Adolphe Compaore, marié à Amandine depuis maintenant 21 ans et membres engagés en août 2012 dans la Communauté du Chemin Neuf. Nous avons deux enfants (20 ans et 16 ans).

Ma prière accompagne ce partage pour exprimer ma reconnaissance au Seigneur que j’ai reconnu dans ma vie et dans celle des autres.

Pour dire comment le Seigneur m’a appelé dans la Communauté du Chemin Neuf, j’avoue que le Seigneur est passé par Amandine, à l’aide de la semaine Cana, vécue en août 2002.
En effet, nous avons participé à la session Cana en tant que fiancés et cela après insistance d’Amandine et certainement avec ses souhaits formulés en intentions de prière adressées à Dieu, pour que j’accepte son invitation à participer à cette belle semaine ensemble.

Cette semaine Cana, nous l’avons vécue avec détermination dans le sens du discernement pour la suite de notre vie.
En cheminant dans la Fraternité Cana et dans la recherche de la connaissance de la Communauté, j’ai été séduit par les temps en couple, la fraternité et l’oecumenisme que je n’avais pas encore rencontrés dans mon « expérience croyante ». Et je pense que c’est par «ces trois affiches» que le Seigneur m’a appelé dans la Communauté du Chemin Neuf.

Les temps en groupe de partage, la fraternité vécue m’ont permis de réaliser que tout chrétien, tout couple qui vit seul est un chrétien, un couple seul et vulnérable devant les intempéries de la vie. Cela est aussi vrai quand on s’élève au niveau de l’Eglise qui a besoin de retrouver son unité originelle.

Convaincu des nombreux bienfaits de la mission de la Communauté du Chemin Neuf dans la famille et très sensible à sa vocation œcuménique, j’ai reconnu l’appel du Seigneur dans cette communauté par l’effectif insuffisant des serviteurs face à l’immensité des défis de notre temps. Cela était perceptible par la présence régulière des frères et soeurs qui venaient d’autres pays pour assurer les services de la Communauté dans notre pays. Cette situation sonnait comme un appel du Seigneur adressé au baptisé que je suis, à me mettre au service de la communauté. Que Dieu bénisse les cinquante prochaines années de la Communauté, afin qu’elles soient pleines de grâces. Amen! A. C.

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...