Gilles Cormier

marié, ccn, maison Cana, Les Pothiéres responsable Cana International.

« Cana Refresh »

Qu’avez-vous à nous dire ?

42 ans après la première session CANA, nous sommes toujours émerveillés des fruits que porte cette mission auprès des couples. Les 63 semaines CANA de cet été dans une quarantaine de pays en sont la démonstration. Les couples en ressortent fortifiés, renouvelés ou même guéris ! Le miracle de l’eau transformée en vin continue.

Globalement, nous pouvons dire que la mission se porte bien dans de nombreux pays. Mais, en même temps, elle a besoin de renouvellement dans d’autres et c’est ce que nous voudrions développer ici. Comme beaucoup, nous constatons une situation mondiale qui se dégrade dans de nombreux pays et qui impacte directement la vie des couples et des familles, ainsi que la mission CANA : la crise économique, mais aussi les conséquences du Covid, les crises politiques (Chine, Hong Kong), la guerre en Ukraine. Nous voyons bien que cela devient plus dur pour les couples de rejoindre d’autres couples et vivre avec eux une proposition CANA. Cela ne simplifie pas non plus l’accompagnement de ces couples dans la durée. Les chiffres des participants aux semaines CANA sont en baisse dans la majorité des pays. Le modèle unique (semaine CANA suivie de la Fraternité CANA) semble révolu.

L’an dernier, le père François Michon, responsable de la Communauté du Chemin Neuf, nous a conseillé de nous tourner vers la nouvelle génération et de leur demander: « Qu’avez-vous à dire à la Communauté, à CANA ? Qu’est-ce que vous aimeriez y trouver ? ».

Ainsi est né ce projet de rencontres régulières avec six jeunes couples.

Nous avons décidé de nous lancer dans une nouvelle expérience : réunir pendant un an un groupe de six jeunes couples, choisis en fonction de plusieurs critères. Ce sont des couples qui ont moins de 10 ans de mariage. Ils ne sont pas ou peu dans CANA ni dans la Communauté, pour avoir assez de recul et mieux représenter les couples que nous voulons rejoindre. Enfin, ils proviennent de différents pays et représentent plusieurs dénominations chrétiennes : anglicans d’Angleterre, catholiques de Belgique, de France, de Colombie et du Canada, protestants évangéliques des Pays-Bas, protestant et catholique des USA et d’Allemagne.

Le format retenu pour nos rencontres de mai 2022 à juin 2023, a dû tenir compte de leur emploi du temps tendu (et du décalage horaire !) : neuf rencontres en ligne et un weekend en présentiel. Concernant la méthode, nous avons utilisé la théorie U fondée par le MIT (la célèbre université américaine de Boston), pour pouvoir accompagner des changements importants. Nous nous sommes sentis à l’aise car cette méthode de travail est très charismatique et le parcours ressemble à celui de la « kénose » : descendre au pied de la Croix pour remonter avec l’Esprit Saint ! Elle implique bien les couples et les rend acteurs du changement. Mais, elle appelle à un changement de posture de notre part, une conversion ! Beaucoup d’écoute et d’humilité.

Après quelques rencontres, nous avons proposé aux six couples d’aller eux-mêmes à la rencontre des couples de leur génération, dans leur propre pays.

Ainsi, 22 interviews ont-elles été réalisées et cela nous à permis de cerner quelques problématiques communes aux jeunes couples.

Selon ces interviews, les jeunes couples sont à la fois très connectés (et très sollicités donc) et déconnectés. D’autre part, il semble que, pour eux, la carrière professionnelle et l’épanouissement personnel passent en premier, au risque de retarder la construction d’une famille. Ils constatent aussi que, dans leurs pays, les taux de divorce continuent d’augmenter, ce qui, encouragé par l’hyperconsommation, bouscule et retarde l’engagement. Enfin, il leur est difficile de trouver un équilibre entre la relation conjugale, les enfants, le travail, les tâches ménagères et les intérêts personnels.

Mais, ces jeunes couples expriment aussi des attentes à l’égard de l’Eglise, comme le désir de soutien par la prière et le souhait d’appartenir à une communauté. Ils apprécient de rencontrer, dans l’Eglise, des personnes avec une ouverture d’esprit et moins de jugement. Ils recherchent un environnement accueillant qui respecte leurs origines et leurs expériences. Conscients de l’importance d’avoir du temps de qualité l’un pour l’autre et leur famille, ils demandent à être aidés dans ce sens.

L’étape suivante de nos rencontres fut de voir poindre les premiers fruits de tous ces partages d’expérience.

Les couples ont commencé à imaginer de nouvelles propositions pour CANA. Voici trois petits prototypes qu’ils ont conçus et mis en place eux-mêmes. Au Canada, un baby-sitting partagé a été couplé avec une rencontre de couples. Cette rencontre a réuni dix couples qui en ont été très contents.

En Colombie, la semaine CANA a été adaptée sur quatre jours, avec un premier jour centré sur la nature et de nouveaux moyens de communication. En Belgique, a été proposé un weekend CANA collaboratif, avec un programme élaboré avec les couples eux-mêmes pour les impliquer. Pas de « révolution » mais une logique d’implication de chacun.

Cette expérience nous a permis d’entendre une parole pour l’animation de la pastorale auprès des couples. Que nous disent ces jeunes couples ?

« Faites ‘’avec’’ les couples plutôt que ‘’pour’’ eux. Cela veut dire écouter d’abord, ne pas proposer des solutions toutes faites. »
« Nous avons besoin de développer le sens de l’appartenance à un groupe d’abord. Ensuite, nous pourrons avancer dans la foi. »
« Nous reconnaissons la place privilégiée de la fraternité dans un monde éclaté : beaucoup la recherchent et en ont soif. »
« Donnez plus de place à l’écologie, soyez davantage au contact de la nature. »
« Cana est un trésor !! »

Pour mieux répondre aux attentes des couples de leur époque, ils nous conseillent de leur offrir quelque chose de flexible, de profond, en plein air, amusant, une bouffée d’air frais dans des vies très agitées. Ils attendent de nous de ne pas juger, être inclusif, nous mettre à leur écoute et y rester, les aider à prioriser. Enfin : « Faites avec le temps que nous pouvons donner ! Notre vie est une course et prendre du temps pour notre couple est un véritable challenge ! ».

Pour que CANA continue à répondre aux besoins des couples dans un environnement qui a beaucoup évolué ces dernières années, il nous faut nous-mêmes évoluer et nous mettre ensemble à l’écoute de l’Esprit Saint. Nous avons imaginé appeler cette démarche « CANA Refresh », car elle ne remet pas les fondements de CANA en question, mais s’appuie sur eux pour offrir des portes d’entrée mieux adaptées à la nouvelle génération.
G. C.

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Formation Chretienne   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Rabbin à Marseille

L’autre אחר

Haim Bendao

Né d’un père égyptien et d’une mère tunisienne, Haïm Bendao a eu un parcours aux rencontres multiples, le formant à la rencontre de l’autre. Aujourd’hui, Rabbin dans le 14ème arrondissement de Marseille, Haïm Bendao participe, avec toute une série d’actions sociales, mais aussi in...

Dialogue interreligeux

Dialogue ou mission, faut-il choisir ?

Florence Javel

Lorsqu’il s’agit de parler de dialogue interreligieux, une question revient souvent, celle de la place accordée à la rencontre et celle de l’évangélisation. Aujourd’hui on préfère le mot « rencontre » à celui de « dialogue » et le terme « évangélisation » remplace celui de « ...