Jacques Monfort

prêtre, ccn, Avranches

Les débuts de la Fraternité des Jeunes

Que Dieu nous donne un foyer d’étudiants !

Dans le groupe de prière qui se réunissait au 49, Montée du Chemin Neuf, tous les mardis soirs depuis 1973, on vit tout-à- coup, vers la fin de l’année 1980, arriver des jeunes étudiants de plus en plus nombreux. Le P. Laurent Fabre estima qu’il serait bon qu’il y ait une alternance : un mardi, ces jeunes viendraient au groupe de prière des adultes, un autre mardi, ils se retrouveraient entre eux, dans une maison voisine, au 53 de la même Montée.

Peu à peu, à notre grande surprise, il y eut une quarantaine de jeunes. Quand ils se retrouvaient au 53, après le groupe de prière, les jeunes se répartissaient en petites fraternités d’une dizaine de membres, animées par des membres de la communauté. C’était un temps de partage, de rencontre, d’échanges, dans tous les locaux disponibles, de la cave jusqu’au grenier. En écoutant ces jeunes, on se rendit compte que beaucoup avaient des difficultés au niveau de l’hébergement, du fait de la rareté des chambres universitaires et des foyers d’étudiants.

Il nous vint alors un grand et saint désir : que Dieu nous donne un foyer d’étudiants. A l’occasion d’une rencontre avec le P. Fabre, nous lui fîmes part de ce que nous rapportaient les étudiants et de nos conclusions.

C’est alors que Laurent nous annonça que les Sœurs de l’Adoration Réparatrice, qui avaient un foyer rue Henri IV, à Lyon, ne pouvaient plus en assurer la responsabilité du fait de la diminution de leurs effectifs. On comprit alors pourquoi tout-à-coup cette venue de jeunes au groupe de prière : c’était le Seigneur qui les envoyait et qui inspirait aux Sœurs de nous confier leur foyer. Cela nous procura beaucoup de joie et de reconnaissance. Aussi, en septembre 1981, on démarrait un foyer rue Henri IV, avec surtout des jeunes du groupe de prière. Des membres de la communauté, célibataires, hommes et femmes, et des couples vinrent habiter au foyer, les Fumey, les Tchelingerian, les Cartier. Parmi les célibataires : Catherine Bernit, Noëlle Isaac, Eugène Lehembre, Emmanuel Daublain et le P. Laurent Fabre.
Avant le démarrage du foyer, une équipe de la communauté repeignit l’église, des chambres, des locaux, une partie de la façade donnant sur la rue. L’échafaudage était impressionnant !
A l’intérieur, on enleva quelques vieilles statues et on coupa quelques arbres dans le jardin.
Les jeunes étudiants qui vinrent vivre au foyer étaient environ une trentaine. Chacun avait sa chambre, un étage pour les femmes, un autre pour les hommes. Le foyer assurait le petit déjeuner et le repas du soir. Les étudiants étaient répartis en fraternités de partage hebdomadaires. La plupart étaient catholiques, mais, un jour, une jeune mennonite se présenta. Cette étudiante en musicologie et pianiste virtuose entra par la suite dans la Communauté, passa un doctorat en théologie et devint, en quelque sorte, évêque de son Eglise.
Le foyer de la rue Henri IV continue d’accueillir des étudiants et est en lien avec un autre de nos foyers lyonnais, toujours Montée du Chemin Neuf.
Tel fut le début de la Fraternité des Jeunes. J. M.

Pierre Laslandes et Jacques Monfort, Henri IV, 1981

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Autre   Oecuménisme   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

Je verrai toujours vos visages

Réalisé par Jeanne Herry en 2023, le film « Je verrai toujours vos visages » a fait découvrir au grand public l’existence et la pratique de la justice restaurative. S’inspirant de faits réels, le film traduit fidèlement la réalité de ces rencontres entre victimes et auteurs d’a...

 

Nativité trio

Marina Poydenot

Nativités Trio (sortie 17 décembre 2022), ce sont trois multi-instrumentistes au service d’un répertoire de folk-poésie qui chante les tendres et mystiques mystères de la vie. Marina Poydenot, Romain Feron et Ferenc Virag se sont rencontrés dans la Communauté du Chemin Neuf et se sont assoc...