Karlos Cruz

enseignant, doctorant en Philosophie, engagé dans sa paroisse auprès des jeunes, Manille

1 juin 2021

Philippines

St Joseph au service de l’évangélisation

Malgré la crise actuelle, l’Eglise catholique aux Philippines fête le grand jubilé des 500 ans de présence chrétienne dans son pays. Confrontées à de grandes difficultés sociales, économiques et politiques, les Philippines comptent 70 millions de catholiques. Dans le souci de célébrer cet anniversaire en témoignant de la « charité évangélique » et en partageant le « don de la foi », les évêques philippins ont consacré leur pays à St Joseph le 1er mai dernier.

Nous savons tous que St. Joseph a été choisi par Dieu pour être le père terrestre de Jésus et, à cause de cette merveilleuse connexion avec le Christ, il n’a pas seulement été appelé Gardien du Rédempteur, défenseur et protecteur de Jésus et de Marie, mais aussi, l’Église considère qu’il peut, par sa prière, défendre et protéger l’Eglise, comme étant « le Corps du Christ ». La Conférence des évêques catholiques des Philippines (CBCP) résume toutes les activités de ce Jubilé dans cette expression : « DOUÉ POUR DONNER » (« GIFTED TO GIVE »). Pour résumer, nous pouvons dire que le bonheur et la liberté religieuse dont nous bénéficions actuellement grâce à l’Eglise qui a nourri, protégé et défendu notre foi, font de chacun de nous un « cadeau » pour les autres. L’expression « DOUÉ POUR DONNER » nous rappelle que le don de la foi et du christianisme que nous avons reçu il y a 500 ans doit être donné aussi à tous les peuples et à toutes les générations, afin que l’oeuvre de Dieu se poursuive dans notre pays bien- aimé.

A qui l’Église adresse-t-elle cet appel ? A qui confie-t-elle ce don de la foi ? Bien sûr, aux Jeunes. L’espérance future de l’Église. Cependant, nous avons un sérieux problème. En 2017, (deux ans avant la pandémie de covid-19), une enquête montrait que seuls trois jeunes sur dix participaient activement aux activités religieuses de l’Eglise. La baisse du nombre est une préoccupation très sérieuse que nous devons résoudre. Pourquoi? Si les 30% deviennent 10%, comment pourrons-nous alors continuer à transmettre le feu brûlant de la foi ? Dans sa récente Lettre apostolique, le Pape François invite les jeunes, en tant que frères et soeurs de Jésus, à considérer St. Joseph comme leur père spirituel.

Dans notre mission quotidienne d’évangélisation en paroisse et auprès de nos concitoyens, St Joseph peut nous aider par ce qu’il est.

• Saint Joseph était obéissant

Joseph a été obéissant à la volonté de Dieu tout au long de sa vie. Après avoir écouté l’ange lui annoncer la naissance de Jésus, il prend Marie comme épouse (Mt 1:20-24). Il a été obéissant lorsqu’il a conduit sa famille en Égypte pour échapper à l’infanticide d’Hérode à Bethléem (Mt 2:13-15). Joseph obéit aux commandements ultérieurs de l’ange de retourner en Israël (Mt 2:19-20) et de s’installer à Nazareth avec Marie et Jésus (Mt 2:22-23). Combien de fois notre orgueil et notre volonté font-ils obstacle à notre obéissance à Dieu ?

• Saint Joseph était altruiste

Dans la connaissance limitée que nous avons de Joseph, nous voyons un homme qui n’a pensé qu’à servir Marie et Jésus, jamais lui-même. Ce que beaucoup peuvent considérer comme des sacrifices étaient en fait des actes d’amour désintéressé.

• Saint Joseph conduit par l’exemple

Aucune de ses paroles n’est écrite dans les Écritures, mais nous pouvons clairement voir par ses actions qu’il était un homme juste, aimant et fidèle. Nous pensons souvent que nous influençons les autres principalement par ce que nous disons, alors que nous sommes jugés selon nos actes.

• Saint Joseph était un travailleur

C’était un simple artisan qui servait ses voisins par son travail manuel. Il a enseigné à son fils adoptif Jésus la valeur du travail. Joseph a vécu sa vie de famille et de travail dans l’humilité et la simplicité. Il nous parle de la valeur de notre travail quotidien, comment il doit exister pour glorifier Dieu, soutenir nos familles et contribuer à la société.

• Saint Joseph était un leader « serviteur » (« a servant leader »)

Il était un leader, mais pas de la manière dont nous pouvons considérer le leadership aujourd’hui. Il a dirigé comme un mari aimant, en homme de foi, en assurant les besoins de sa famille et en enseignant à Jésus son métier d’homme.

Pour nous, le défi est de susciter chez les jeunes Philippins, tout en s’inspirant de la figure de St Joseph, le désir ardent de servir leurs concitoyens, familles, école, paroisse et communautés. Que le compagnonnage avec St Joseph les rende plus centrés sur le Christ et plus semblables au Christ!

Comment pourrons-nous alors continuer à transmettre le feu brûlant de la foi ?

Cet article fait partie du numéro 69 de la revue FOI

St Joseph, un modèle masculin?

juin-juillet-août 2021

Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

 

Les premiers ressuscités.

« Par leurs propres souffrances, les pauvres connaissent le Christ souffrant. » Ces mots du pape François mettent l’accent sur ce que les plus pauvres doivent endurer : menace de la mort sociale, accumulation des épreuves qui débordent, usure du corps et de l’esprit…...

 

Prière pour les temps présents

Olivier Leborgne est nommé évêque d’Arras à l’automne 2020. C’est alors qu’il découvre l’ampleur du drame qui se joue autour des personnes exilées à Calais....

 

Les pauvres sont l’Eglise

Dans une quinzaine d'entretiens, initialement publiés en 1983, le journaliste G. Anouil interroge le Père J. Wresinski (1917-1988), fondateur du Mouvement ATD Quart Monde. Glanons-y, au fil des pages, quelques suggestions....