Interview : P. Patrice Guerre

Sur les pas de St Irénée

Le P. Patrice Guerre, curé de la paroisse St Pothin à Lyon, partage avec nous son espoir de voir sa paroisse "s'emparer" concrètement de la grâce d'une année pastorale avec St Irénée. Parmi les propositions faites aux paroissiens, un pèlerinage en Turquie est prévu à Pâques prochain.

NFG : 2020 sera l’année Saint Irénée dans le diocèse de Lyon. Savez-vous pourquoi ?

P. Patrice Guerre : Le cardinal Barbarin estimait que St Irénée était trop méconnu. Il souhaitait le faire découvrir ainsi que sa théologie et l’importance de sa figure pour Lyon. Il a choisi pour cela une petite astuce : puisque Irénée est mort en 202, il s’est dit qu’en 2020 il suffisait d’ajouter un petit 0 pour fêter St Irénée !

NFG : Vous êtes exégète et vous avez étudié à l’Ecole biblique de Jérusalem. Pour les Chrétiens, St Irénée est le deuxième évêque de Lyon. Mais, comme Père de l’Eglise, il est de fait peu connu. Pensez-vous possible de faire découvrir la théologie de ce grand saint à vos paroissiens dans le cadre de cette année qui lui est consacrée ?

P. P. Guerre : Oui ! D’abord il n’est pas tout à fait inconnu pour les chrétiens de St Pothin puisqu’il a un très beau vitrail et qu’il est au moins connu pour cette belle citation : « La vie de l’homme est la vision de Dieu ». Je crois que, de fait, nous aurons des outils qui vont nous être donnés, notamment un chemin d’Avent jusqu’à l’Epiphanie puis un chemin de Carême. Ils seront tous deux basés sur les textes de St Irénée. Ce sont des outils précieux qui nous sont donnés chaque année et qui sont très appréciés des paroissiens. Le diocèse va aussi proposer plusieurs conférences et cela nous aidera à mieux connaître cette figure. Je crois qu’il y aussi un beau film qui va paraître ! Et puis, nous avons ce projet d’aller sur les traces de St Irénée en Turquie en avril prochain. Après cette préparation de quelques mois, ce pèlerinage sera une belle manière de découvrir la figure de St Irénée.

NFG : Quel parcours en Turquie comptez-vous faire ? Comment reliez-vous les étapes de ce pèlerinage à St Irénée ?

P. P. Guerre : Dans notre église de Saint Pothin, à Lyon, nous avons sur le côté gauche quatre vitraux qui sont très marquants : St Jean qui s’est établi à Ephèse, tout près de Smyrne, aujourd’hui Izmir ; St Polycarpe qui succède à St Jean et ensuite Pothin et Irénée parce que c’est Polycarpe qui les envoie de Smyrne vers Lyon. Le lien est donc fort pour nous et c’est en quelque sorte le trajet que nous allons faire en Turquie. Nous allons démarrer à Antalya qui est un port sur la côte sud. C’est à Antalya que nous pouvons situer l’arrivée des premiers Chrétiens, comme on le lit dans les Actes des Apôtres. D’Antalya en remontant par Antioche de Pisidie et Iconium, nous arriverons sur Colosses puis toutes les villes de l’Apocalypse (les villes citées par St Jean) et les villes de Paul. Ce sera ensuite l’arrivée sur Ephèse, la ville de la grande figure de St Jean, qui à son tour nous conduira à Izmir (Smyrne) avec Polycarpe.

C’est assez intéressant pour nous de faire ce trajet d’Antalya à Izmir, parce qu’on voit bien l’arrivée de ces premiers Chrétiens et la fondation des communautés. Leur enracinement fait que, de Smyrne, on a pu envoyer des missionnaires jusqu’en Europe. Il y a donc une belle cohérence dans ce trajet pendant lequel nous allons pouvoir relire les textes des Actes des Apôtres et aussi ceux de St Paul et de St Jean pour arriver aux textes de Polycarpe (qui a écrit aussi) et enfin aux textes de St Irénée. Nous allons bien faire ce lien. Je pense que l’itinéraire est très parlant pour nous. C’est en quelque sorte un pèlerinage de Jérusalem à Lyon !

NFG : Pensez-vous que St Irénée a quelque chose à dire aux chrétiens d’aujourd’hui ?

P. P. Guerre : Bien sûr ! Son grand ouvrage Contre les Hérésies dit bien tous les écueils dans lesquels nous pouvons encore tomber, toutes les fermetures, tout ce qui va attenter à notre dignité de chrétien. C’est très beau de montrer tous ces écueils et à partir de ces écueils qu’on va éviter, créer un chemin de liberté qui est propre à St Irénée, un chemin de divinisation puisque c’est un grand terme des Pères de l’Eglise et donc d’Irénée aussi. Tout cela est fondé, et cela me touche comme bibliste, dans l’Ecriture… très fortement. Ce n’est pas rien de nous relier à la Parole. Irénée développe profondément un commentaire des quatre Evangiles. Il s’appuie sur La Parole pour pouvoir fonder sa parole. Donc c’est extrêmement riche de fait ! Il développe aussi beaucoup le sens de l’Incarnation. Expliquer aux Chrétiens de son époque ce que signifie : « Le Verbe s’est fait chair » n’était pas si simple. En fait, que Dieu se soit fait homme, c’est bien ce qu’Irénée veut montrer. C’est La grande révélation. Et il est bon pour nous de nous plonger dans cela.

NFG : Un pèlerinage sur les traces de St Irénée, pour une paroisse sous le patronage de St Pothin, cela a-t-il un sens particulier ? Quelles sont vos attentes quant à ce projet pour votre paroisse ?

P. P. Guerre : Pour moi, l’attente est double. Tout d’abord, la notion de vie fraternelle est un axe fort pour notre paroisse. Puiser à la naissance de l’Eglise, nous représenter ces petites communautés qui ont été si fécondes, regarder ensemble comment ces communautés ont pu naître et aussi témoigner autour d’elles, contempler une expansion du christianisme, tout cela est très intéressant. D’autre part, ce pèlerinage sera un plongeon dans la Parole. C’est toujours très riche de voir la Parole dans des lieux précis et d’aller notamment de la parole de St Jean et de St Paul à celle de St Irénée. « À cause de son amour infini, le Christ est devenu ce que nous sommes, afin de faire de nous pleinement ce qu’il est ». (Saint Irénée)

NFG : Quel ouvrage sur St Irénée pouvez-vous conseiller à nos lecteurs ?

P. P. Guerre : Je connais bien la collection « Prier 15 jours avec ». C’est toujours bien fait et les parcours proposés nous donnent de découvrir en profondeur telle ou telle grande figure chrétienne.

« Avec Irénée, on va au cœur de la foi chrétienne : la Trinité. Pour ces raisons, ce « Prier 15 jours » ne propose pas un parcours biographique mais plutôt un chemin de prière qui suit la structure de la profession de foi chrétienne. Il voudrait faire découvrir cet auteur ancien et pourtant si moderne, et aider à donner des mots pour mieux comprendre et prier le Credo. Le style d’Irénée est souvent très imagé, parfois poétique, toujours pédagogique ». (Véronique Minet, auteur de Prier 15 jours avec Saint Irénée)

Cet article fait partie du numéro 62 de la revue FOI

Irénée de Lyon, artisan de paix et d’unité

septembre-octobre-novembre 2019

Formation Chretienne   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

"Make a wish"

Friends in the Lord

It takes a great deal of wisdom and closeness to God to trust a community that is smaller and younger than one's own, and to make room for it. To all of those people who have chosen to walk a part of the "journey" with the Chemin Neuf Community, we asked them to express a wish. Thank you for your re...