Témoignages

Pour l’unité de notre couple

J’ai connu la Communauté du Chemin Neuf par l’intermédiaire d’une amie qui a invité mon couple à la session Cana de 1996 à Yamoussokro, en Côte d’Ivoire.

Agnès Adico

mariée, mère de 3 enfants, ccn, Abidjan (Côte d’Ivoire)

Chrétienne catholique, déjà militante au Renouveau Charismatique de ma paroisse, exerçant le ministère d’Enseignement, j’étais souvent partie pour les activités d’évangélisation ou séances de prières sur la paroisse ou sur d’autres paroisses. Les rencontres ont lieu les weekends et certains soirs. Mon mari ne voulait pas adhérer au renouveau charismatique alors je faisais les missions sans lui, avec d’autres frères et sœurs de la paroisse. Mais, plus je prenais racine dans ce mouvement et plus je m’absentais de la maison. Les rôles tendaient à s’inverser ; mon mari s’occupait de la maison et des enfants, moi, j’étais de plus en plus impliquée dans l’évangélisation sur les différentes paroisses. Une fracture était en train de naître au sein de notre couple. C’est dans ce contexte que nous avons été invités à la session Cana.

Qu’est ce qui m’a attirée à la Communauté du Chemin Neuf ? Après avoir vécu la session Cana de 1996, mon mari et moi avons été séduits par la simplicité et la ferveur des frères et sœurs qui étaient au service de la session. Alors,nous avons débuté le cheminement dans les fraternités Cana et nous avons découvert la joie de réaliser les activités spirituelles en couple : la prière en couple, des temps de réconciliation, des temps de groupe de prière, des services et missions. Nous avons aussi apprécié le fait de passer davantage de temps en couple au cours des rencontres de fraternité. Les partages des autres couples nourrissaient aussi notre couple.

Au fur et à mesure de notre cheminement, notre couple était profondément uni et solide, avec plus d’amour et de douceur ; le Seigneur nous accompagnait à fonder sur du roc (Math 7, 25). C’était une perche que le Seigneur nous tendait et, comptant donc sur sa grâce, nous avons décidé de continuer notre cheminement avec la communauté. D’abord par le cycle B aujourd’hui cycle Emmaüs, ensuite à Bethleem, puis Nazareth jusqu’à notre premier engagement en 2006. Après 38 ans de mariage, les signes d’unité dans notre couple sont toujours visibles grâce à notre engagement avec la Communauté.

Au plan personnel, la Communauté du Chemin Neuf affermit ma foi au quotidien avec les formations chrétiennes, les temps d’accompagnement spirituel, la prière personnelle. Autre point positif, c’est que, contrairement à ma nature réservée, les diverses activités (les temps de fraternité, les missions et services) de la Communauté m’incitent à une plus grande ouverture aux autres. En tant que membre engagé, je suis formée pour nourrir ma vie spirituelle mais aussi pour être témoin du Christ dans l’Eglise et dans le monde. A. A.

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...