Laurence Monroe

Réalisatrice, journaliste, auteur

Interview : Laurence Monroe

Tradition ignatienne : une spiritualité de l’incarnation

Réalisatrice du long métrage "A la source du pape François", Laurence Monroe évoque ce qui a motivé son travail: mettre particulièrement en lumière la provenance argentine et jésuite du Pape François. Elle répond aux questions de l'équipe de NFG qui a collaboré avec elle pour une version plus courte.

NFG : Qu’est-ce qui vous a amenée a réaliser ce film ?

LM : Tout est d’abord venu d’une interpellation de membres de la Communauté de Vie chrétienne à laquelle j’appartiens. La Communauté (présente dans 70 pays) avait choisi d’aller vivre sa dernière assemblée mondiale en Argentine, dans le pays d’origine du pape François afin de se mettre au diapason de ce pontificat. Or il se trouve que j’ai fait de nombreux reportages en Amérique latine, et me suis passionnée pour la manière dont la foi s’y exprime à travers toute la culture. J’ai même écrit un livre sur l’impact de cette religiosité latino sur la culture nord américaine !

Une nouvelle fois, j’avais l’occasion de me replonger dans cette religiosité qui exprime la foi de tout un peuple. Cette foi m’avait profondément touchée, même si au départ, elle me dérangeait. Dieu, quand il se donne à nous, nous surprend si souvent ! J’ai peu à peu compris que si cette religiosité me touchait c’est qu’elle rejoignait en moi une expérience sensible, très incarnée, comme celle que procure la pratique des Exercices spirituels de Saint Ignace qui sont tout sauf un exercice intellectuel. Saint Ignace invite à se rendre attentif à tous les sens intérieurs, ce qui nous touche, nous donne du goût, nous porte vers la vie. Il insiste sur l’expérience religieuse et nous invite, nous chrétiens, à nous rendre attentifs à ce qui nous rejoint profondément, ce qui touche notre être profond. Aussi, j’ai eu à coeur de mieux aider à comprendre ce pape marqué par la spiritualité de Saint Ignace de Loyola. Il y a eu beaucoup de films sur le pape François mais pas un seul à ma connaissance pour illustrer sa spécificité ignatienne. Aussi ai-je reçu l’appel de la CVX comme un appel à exprimer quelque chose de cette dimension ignatienne si importante pour comprendre le pape François.

NFG : Dans l’Eglise, certaines personnes ne comprennent pas le Pape François. Y a t-il quelque chose dans ses origines qui l’a façonné profondément ? En quoi ce film peut-il les rejoindre ?

LM : Les expressions de religiosité populaire caractéristiques de la foi en Amérique latine pourraient vite être jugées comme superficielles, et même porteuses de superstition, surtout pour nous occidentaux qui valorisons beaucoup la rationalité. Mais, j’ai découvert combien cette foi est profonde en Amérique latine, et combien elle est incarnée. Ces formes de religiosité mettent en évidence l’importance de l’incarnation, c’est peut-être pour cela qu’elle m’avait tant touchée, moi qui suis ignatienne. Car la foi au Christ n’est pas une idée, encore moins une morale, c’est d’abord l’expérience d’une relation qui invite à une conversion du coeur. Elle doit se traduire par nos attitudes, nos manières d’être, qui sont sans cesse à convertir. A cet égard, les gestes du pape François parlent autant que ses textes. Ils parlent de la miséricorde qui est pour lui d’abord une expérience reçue.

NFG : En quoi, selon vous, ce Pape est-il différent des autres ? Quelles traces de Saint Ignace décelez-vous dans ses actions ? Croyant que l’Esprit Saint guide l’Eglise, nous sommes persuadés qu’il est ce qu’il faut pour l’Eglise de demain. Selon vous, quel est ce charisme particulier dont l’Eglise a tant besoin ?

LM : Le pape François, nous dit Austen Ivereigh, son biographe, est un maitre du discernement. Parce qu’il est jésuite, et aussi parce que l’Eglise en Amérique latine a pris très au sérieux l’appel du Concile Vatican II à écouter les signes des temps. J’avais à coeur d’aider à faire comprendre que le discernement n’est pas du relativisme, mais une conséquence de l’incarnation de la foi. Si Dieu lui-même s’est incarné, c’est pour que notre foi d’hommes et de femmes se traduise dans la réalité non pas rêvée ou fantasmée par les idéologies mais dans la vie réelle, marquée par les limites de la vie et de notre humanité. Les positions du pape François s’enracinent dans un sens profond du discernement et il appelle l’Eglise et tous les chrétiens à exercer ce discernement pour sentir, dans chaque situation donnée, quel est l’appel de l’Esprit. Jean-Paul II était un pape évangélisateur, Benoit XVI un pape théologien, François est un pasteur. L’Esprit a donné ce pape à l’Eglise aujourd’hui pour l’aider à accompagner les hommes dans un monde en profonde transformation. « Nous vivons non seulement une ère de changement, mais un changement d’ère », avaient dit les évêques à la rencontre d’Aparecida. La sécularisation invite l’Eglise non pas à une réforme, mais à être en réforme permanente, c’est-à-dire à vivre une conversion permanente, à l’écoute de l’Esprit. C’est ce dynamisme- là que le pape François chercher à instiller. En contemplant son itinéraire de vie, on mesure combien Jorge Mario Bergoglio, formé par les Exercices spirituels de Saint Ignace et accompagné dans la foi depuis le plus jeune âge, a vécu une conversion permanente. Comme Pape, il insiste beaucoup sur l’accompagnement, et sur le discernement, et j’y vois une invitation pour les communautés ignatiennes à se donner davantage à l’Eglise, elles qui ont cette pratique de l’accompagnement pour aider au discernement,

NFG : En quoi la figure du Pape est-elle un modele pour vous personnellement ? Un souvenir marquant de ce voyage ?

LM : J’ai découvert à quel point Jorge Bergoglio avait rencontré l’adversité. C’est un homme qui s’est sans cesse laissé transformer par son expérience marquée par des tribulations, les crises politiques, ecclésiales, les incompréhensions. Il m’aide à découvrir que Dieu se donne aussi dans l’adversité, dans les crises. Je crois que Dieu est présent et continue de se donner à son Eglise, même au coeur des crises.

Cet article fait partie du numéro 61 de la revue FOI

A la source du pape François

juin-juillet-août 2019

Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

5 ans après la déclaration « La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune »

Le document sur la fraternité humaine, une boussole pour aujourd’hui

Emmanuel Pisani o.p.

C’était le 4 février 2019. Le pape François et le Grand Imam d’al-Azhar s’étaient retrouvés à Abu Dhabi où ils signaient ensemble un document sur la fraternité humaine. Indéniablement, une surprise. Plus encore, un évènement. Jamais encore dans l’histoire de l’Eglise et des rel...