Etienne Vetö

Ordination épiscopale

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur »

Le 26 juin 2023, notre frère Etienne Vetö a été nommé évêque auxiliaire de Reims par le pape François. Appelé à servir l'Eglise universelle avec son expérience communautaire et les talents qui le caractérisent, il a choisi sa devise épiscopale.

Lorsque le nonce m’a contacté pour me dire que j’étais nommé évêque, je lui ai demandé 48 heures pour réfléchir. Quand je l’ai rappelé, je lui ai dit d’abord toutes les raisons pour lesquelles je voyais bien que ce n’était pas la bonne proposition, que je n’étais pas adapté, que ça n’irait pas. Et il a répondu à tout. Ensuite, quand je lui ai répondu « oui », il m’a dit : « Ecoutez père, vous êtes à Jérusalem, allez prier ».

Donc, je suis sorti de la maison en me disant qu’il me fallait choisir une devise. Et une devise qui dise le cœur de ce que je porte et de ce que j’ai envie d’apporter. Deux choses me sont venues à l’esprit. D’abord, j’ai ce lien avec le peuple d’Israël et l’appel à aider l’Eglise à trouver ses racines, à se nourrir de ses racines. En même temps, j’ai besoin de dire quelque chose qui est vraiment pour tous et qui est fondamental dans une vie.

Je suis allé au mur des lamentations. Quand j’ai posé la tête contre le mur, cette phrase m’est venue : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ». Et c’était ça ! Le lien avec la révélation faite à Israël, mais aussi le cœur de toute la foi.

La seule question qui nous sera posée au moment de notre mort, c’est : « As-tu aimé ? », « As-tu assez aimé » ? Souvent, on dit que la spécificité du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, c’est le monothéisme, le Dieu un. Mais ce n’est pas tout à fait vrai. C’est-à- dire qu’il y avait d’autres cultures, d’autres philosophies qui croyaient déjà au Dieu un. Ce qui est la spécificité, c’est un Dieu qui aime Abraham, qui lui dit qu’il est son ami, qui le choisit et qui lui demande d’aimer en retour. C’est le cœur de la révélation de la Bible : « Moi, le Seigneur, j’aime. Je suis un Dieu d’amour et je te demande d’aimer ». Et quand on dit : « Ecoute, le Seigneur est unique », ce n’est pas une sorte d’unité métaphysique. C’est qu’il est le cœur de ta vie, qu’il est tout dans ta vie.

En lisant ce passage, j’étais très frappé par : « Tu aimeras de tout ton cœur, toute ton âme, toute ta force ». C’est tout ce qui est en nous : les pensées, les émotions, toute l’énergie qu’on a. Cela restera dans ton cœur, c’est-à-dire que c’est pour toute la vie. C’est à répéter à ses enfants sans cesse, à la maison ou en voyage, c’est-à-dire tout le temps, que tu sois couché ou que tu sois levé. Et tu les attacheras à ton poignet, il sera un bandeau sur ton front, tu l’inséreras à l’entrée des maisons.

Certains Juifs se mettent ce qu’on appelle les téfilines, un bandeau sur la tête et sur les poignets : c’est là que l’on met les paroles de la Torah. Et l’idée de fond, c’est de rejoindre chaque pensée que j’ai, chaque geste que je vais poser. Et puis l’entrée des maisons et l’entrée des villes, c’est chaque fois que j’entre ou que je sors d’un événement, d’une relation avec quelqu’un. Là, je dois aimer Dieu.

La difficulté, c’est qu’on n’arrive pas à aimer Dieu avec beaucoup d’intensité. Notre amour pour Dieu est petit, faible, imparfait, rempli de légèreté. Et Dieu ne dit pas : « Aimez-moi d’un amour intense ». Mais il dit : « Aimez tout le temps ». Et c’est une vraie conversion. Aimer Dieu quand je suis dans la joie, c’est facile. Aimer Dieu quand je suis dans la peur, c’est possible.

« Même quand tu as peur, même quand tu doutes, ou même quand tu es pécheur, que tu es jaloux et que tu as quelque chose contre quelqu’un, tu peux quand même le vivre dans l’amour pour Moi. Et ça transformera tout. » Donc, c’est le premier commandement. Aimer Dieu. Tout le temps.
E. V.

Cet article fait partie du numéro 78 de la revue FOI

LE CHEMIN NEUF FÊTE SES 50 ANS

septembre-octobre-novembre 2023

Vie de l'église   Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

5 ans après la déclaration « La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune »

Le document sur la fraternité humaine, une boussole pour aujourd’hui

Emmanuel Pisani o.p.

C’était le 4 février 2019. Le pape François et le Grand Imam d’al-Azhar s’étaient retrouvés à Abu Dhabi où ils signaient ensemble un document sur la fraternité humaine. Indéniablement, une surprise. Plus encore, un évènement. Jamais encore dans l’histoire de l’Eglise et des rel...