P. Vincent Breynaert

ccn, Directeur du Service National pour l'Évangélisation des Jeunes et pour les Vocations

01/12/2021

Assemblée plénière des évêques de France à Lourdes

Un événement de parole

Ecouter la parole du plus fragile, voilà ce qui attendait les évêques de France, lors de leur assemblée plénière d'automne. Ecouter "la clameur des pauvres et la clameur de la terre" a ouvert la possibilité d'écouter les personnes victimes des abus sexuels dans l'Eglise. Un moment de "metanoia", disent certains évêques, qui a provooqué une reconnaissance de responsabilité et des décisions importantes. Encore fallait-il, pour ces victimes et pour les laïcs invités, oser prendre la parole. Tel est l'enjeu des prochains mois pour l'Eglise catholique, sur ce chemin synodal: oser prendre la parole et s'écouter mutuellement dans nos différences ecclésiales, afin que notre Eglise tout entière reste "comme" un signe de salut pour tout homme.

A la suite du rapport de la CIASE, rendu publique le 5 octobre 2021, l’Assemblée plenière d’automne des évêques réunis à Lourdes exigeait une réponse forte et appropriée. Une réponse en acte qui reconnaisse sans détour la réalité des crimes et des manquements, qui fasse justice à la souffrance des victimes, et qui réconforte les fidèles désemparés, en colère ou en rupture de confiance avec la hiérarchie. Pour agir, il était nécessaire d’opérer un réel déplacement, d’associer pleinement les personnes victimes et aussi plus largement le Peuple de Dieu. Face à ce séisme, les évêques seuls ne peuvent trouver les réponses adéquates.

la suite de l'article est reservée aux abonnés

Cet article fait partie du numéro 71 de la revue FOI

« La parole est à chacun! »

décembre 2021-janvier-février 2022