P. Federico Bertacchini

Responsable de la ccn en Sicile

La présence du Chemin Neuf en Sicile

Une amitié qui porte des fruits

La Communauté s’est officiellement installée à la Casa di preghiera “Villa La Nuza” le 11 septembre 2017, jour où les derniers Jésuites sur place ont quitté la maison. La Communauté ici est en fondation et nous avons besoin de temps pour sentir, comme le dit Saint Ignace, de manière suaviter et fortiter ce que le Seigneur nous demande. Dans ce chemin de fondation, nous sommes soutenus aussi par les frères et soeurs des autres maisons de la Communauté présents en Italie : Modène, Trevi et Rome.

La Sicile est une région marquée par l’invasion de plusieurs peuples au cours de l’histoire, mais qui a su garder la richesse de toutes ces cultures. La maison se trouve dans les collines, à une demi-heure de Palerme. Elle dispose de 23 chambres et de 46 lits, entourée par un parc de cinq hectares, avec une superbe vue sur la mer. Nous nous nourrissons en partie des produits de notre jardin où nous cultivons des légumes et des arbres fruitiers. Plusieurs centaines d’oliviers enrichissent le parc de leur présence et nous permettent de produire notre propre huile d’olive. Sans oublier la confiture d’oranges et citrons… ni, bien sûr, le limoncello.

La collaboration avec les jésuites

Les Jésuites de la nouvelle Province EUM (Euro-Méditerranéenne) ne nous ont pas seulement confié une maison, mais aussi tout leur l’héritage spirituel et pastoral lié à la pratique des Exercices spirituels dans cette belle terre de mission. Ils se sont employés à nous faire connaître dans le territoire, tout en s’assurant que certaines activités comme, par exemple, la grande retraite ignatienne de 30 jours, puissent continuer à avoir un large public, car il y avait le risque qu’avec le départ des jésuites, toutes les personnes qui étaient liés à leur présence, arrêtent de fréquenter la maison.

Si les Jésuites sont partis en nous confiant la maison, ils continuent néanmoins de nous soutenir en venant ici pour donner des retraites. Chaque année, nous fixons une ou deux semaines d’Exercices spirituels par mois. Cela nous permet d’avoir un programme très riche en nombre (20 retraites pour l’année 2019-2020) et en style de retraites, car ces retraites ignatiennes vont être nuancées dans le style selon si elles sont animées par les frères et soeurs de la Communauté ou animées par tel ou tel autre père jésuite. Cela nous permet également de côtoyer les membres de la Compagnie de Jésus et les personnes que chaque père amène car, chaque jésuite a son propre réseau. Il est arrivé aussi que nous animions certaines semaines d’Exercices ensemble, Jésuites et Chemin Neuf.

La collaboration avec les Jésuites marche dans les deux sens et elle ne se limite pas à leur passage dans la maison lorsqu’il y a une retraite animée par eux. Pendant ma première année ici, tous les mercredis après-midi, j’allais dans leur école de Palerme, l’Institut Gonzaga, pour aider au catéchisme avec les enfants qui se préparaient à la première communion. Depuis le début, et encore maintenant, je fais partie du Conseil directif du C.I.S. (Centre Ignatien de Spiritualité), un organisme de la Compagnie de Jésus qui travaille et réfléchit pour redécouvrir le charisme ignatien des origines, promouvoir et coordonner toutes les activées ignatiennes en Italie et dans les pays qui font partie de la Province EUM (dans ce contexte nous avons pu présenter la mission CANA pendant une rencontre du Conseil et la présenter plus largement pendant un colloque organisé en mars 2019), former des accompagnateurs pour les Exercices d’une semaine et pour la retraite des 30 jours et organiser un colloque de trois jours chaque année sur des thèmes liés au discernement et aux Exercices spirituels. D’autres collaborations, à plus courte durée, ont été portées en avant pendant ces trois ans, entre nos deux communautés.

La formation pour les bénévoles du Centre Astalli De Palerme

En 2019-2020, avec une équipe mixte (Jésuites, Chemin Neuf et des laïcs du Centre Astalli), nous avons mis en place quatre journées de formation pour les bénévoles de cette association, ici dans notre maison “Villa La Nuza”. Nous avons reçu une vingtaine de bénévoles de tous âges, qui s’occupent de la préparation du petit-déjeuner, des cours d’Italien, de l’écoute à l’accueil, des démarches administratives et des démarches judiciaires. Il s’agissait, tout d’abord, de les écouter, écouter leurs questions, leurs besoins, leurs peurs et difficultés, tout en partant de leur propre expérience. Tous ces éléments nous ont permis d’organiser les trois journées suivantes. La deuxième journée a eu pour thème : “Les figures de proximité : comment se tenir face à l’autre”, avec l’aide d’une psychologue qui travaille avec les migrants dans un SPRAR en Sicile (Système de Protection pour les Demandeurs d’Asile et Réfugiés). Il s’agissait de sensibiliser les bénévoles à la violence psychologique et physique subie par les migrants durant leur voyage migratoire et de leur donner des outils pour gérer les tensions et les conflits qui peuvent se présenter dès qu’ils entrent en relation avec ces personnes blessées.

Pour la troisième journée, intitulée: “Droit d’asile et d’accueil des migrants sur le territoire”, nous avons invité deux avocats spécialisés dans le droit du migrant. Cette journée avait pour but d’informer les bénévoles sur les lois liées à l’accueil et à l’intégration des migrants. La dernière rencontre a consisté à partager, relire cette première année de formation et programmer la deuxième année. De nombreux temps de partage et de relecture, ainsi que des déjeuners avec repas partagés permettaient aux bénévoles à se rencontrer entre eux, surtout ceux qui travaillent dans des secteurs différents et qui peuvent rester toute une année au Centre Astalli sans jamais se rencontrer. F.B.

Cet article fait partie du numéro 64 de la revue FOI

Sicile, terre d’accueil

n°64 mars-avril-mai 2020

Vie de la Communauté  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Dialoguer en famille

En famille, apprendre à aimer et à dialoguer !

Bénédicte Le Callennec

Rêvons un peu… Dans la « famille idéale» , chacun pourrait exprimer ses émotions en toute sécurité, développer sa personnalité, recevoir et donner, partager ses idées avec les autres membres du foyer… pour ensuite être en mesure de se déployer à l’extérieur de la famille. Mais v...

Hommage

Emile Shoufani : l’homme du dialogue

Béatrice Bourrat

« Toute ma vie j'ai voulu faire de cette terre un signe de réconciliation pour tous »1. C’est pendant l’une des étapes les plus dramatiques de l’histoire de l’Etat d’Israël et de la Palestine que le père Emile Shoufani s’en est allé. Cet homme se sera battu jusqu’au bout pour ai...