Vincent De Crouy-Chanel

Marié, père de famille nombreuse, ccn et diacre à plein temps au service de la paroisse de Levallois. Co-auteur du livre EZ 37, guide pour rebooster nos paroisses (ed. Salvator) il est particulièrement attentif à la mise en place de la transformation pastorale sur la paroisse de Levallois et accompagne deux paroisses du diocèse de Nanterre dans leur conversion pastorale.

9 janvier 2022

Vivre la synodalité en paroisse

Pour préparer le synode sur la synodalité qui se déroulera à Rome jusqu’en octobre 2023, le pape François a lancé en septembre 2021 une grande consultation dans l’Eglise catholique sur ce thème. De nombreuses rencontres ont eu lieu dans les paroisses. Le but de cet article est de rendre compte de la manière dont la paroisse de Levallois, animée par la Communauté du Chemin Neuf, essaie de réfléchir, de vivre et d’améliorer sa pratique de la synodalité. Cette réflexion reste partielle et nous attendons avec impatience les travaux du synode pour l’améliorer.

Qu’est-ce que la synodalité ?

Synode vient d’un mot grec composé de la préposition σύν « avec » et du substantif όδός, « chemin ».

« Chemin » renvoie au Christ qui se présente comme « le chemin, la vérité et la vie ». Pour Saint Jean Chrysostome (IV ème siècle), l’Église est synonyme de « faire chemin ensemble », cheminer, marcher. Une Eglise synodale est donc une Eglise où les baptisés marchent ensemble, chacun à son pas, vers le Christ.

« Avec » renvoie à l’action de l’Esprit- Saint, source et acteur de la communion entre les baptisés.

Être une Eglise synodale c’est avancer ensemble, dans l’harmonie, sous l’impulsion du Saint-Esprit qui donne à chacun dons et charismes pour construire l’Eglise. Parler d’une Eglise synodale nous place devant notre vocation de baptisé et nous interpelle chacun : comment vivons-nous notre baptême ? Est-ce que nous le vivons comme un statut ecclésial : je suis baptisé, j’ai le droit à … ou bien est-ce que nous vivons notre baptême comme une mission ?

Une Eglise participative ou se vit la coresponsabilité. Une Église synodale est donc une Église de participation, de travail en commun, d’écoute mutuelle et de coresponsabilité, où chacun est appelé à faire fructifier les dons et charismes reçus du Saint-Esprit.

Participative : la participation d’un baptisé à la mission de l’Eglise n’est pas facultative, elle est un appel à se mettre au service ; cet appel est adressé à tout le monde. Quels que soient ses talents, chacun est invité à participer à la vie de l’Eglise, en fonction de ses disponibilités et de son appel.

Coresponsable : cela veut dire que chacun a une part de responsabilité dans la mission ; responsabilité qui dépend de sa personnalité et de son statut dans l’Eglise (prêtre, diacre ou laïc).

Ainsi, il ne s’agit pas d’une Eglise enseignante qui s’adresse à une Eglise enseignée, mais d’une Eglise qui est d’abord le rassemblement de tous les baptisés, une Eglise peuple de Dieu, Corps du Christ, où nous sommes frères et sœurs les uns des autres.

Pour quelle mission ?

Dans sa lettre apostolique « Evangelii nuntiandi » (1968) le pape Paul VI écrivait : « L’église est missionnaire, sa nature, son identité profonde est d’être missionnaire ».

Cela rejoint la mission de la paroisse définie par François, que nous avons mise au dos de notre guide paroissial : « La paroisse est présence ecclésiale sur le territoire, lieu de l’écoute de la Parole, de la croissance de la vie chrétienne, du dialogue, de l’annonce, de la charité généreuse, de l’adoration et de la célébration. A travers toutes ses activités, la paroisse encourage et forme ses membres pour qu’ils soient des agents de l’évangélisation. Elle est centre d’un constant envoi missionnaire. » (EG n° 26). Notre responsabilité et notre mission, c’est d’être disciple-missionnaires.

Comment vivre cette synodalité en paroisse ?

Depuis quelques années, la paroisse de Levallois essaie de déployer trois éléments de synodalité.

Ensemble

Nous insistons sur la dimension fraternelle et accueillante de la paroisse, à travers l’accueil à l’entrée de l’église, la proposition à chaque paroissien de faire partie d’un petit groupe de partage ou d’une fraternité, etc. Construire « ensemble » la paroisse, c’est aussi prendre des moments de fête lors d’un week-end de rentrée ou d’un rassemblement en fin d’année.

Cette unité que nous essayons de vivre s’est particulièrement renforcée ces deux dernières années avec « l’école des responsables » qui a rassemblé une fois par mois une soixantaine de responsables de service pour un temps de prière, de formation et de partage. Il s’est forgé ainsi une plus grande unité dans notre manière de vivre la pastorale.

Mais nous sommes humains, et nous ne sommes pas à l’abri de manques de communication ni de susceptibilités : on peut parfois avoir peur d’être jugé, incompris ou délaissé. Il faut apprendre à travailler avec d’autres.

Cheminer vers un objectif commun que nous appelons la « vision paroissiale ».

Nous avons longuement travaillé en EAP (Equipe d’Animation Paroissiale de 12 membres) et en Conseil Paroissial (50 membres) sur l’appel que le Christ adressait à notre paroisse pour les prochaines années. Nous avons alors défini notre « vision pastorale » : « Être une communauté paroissiale unie et accueillante, qui invite chacun à faire la rencontre personnelle de Jésus- Christ, dans l’Esprit-Saint, et être davantage disciple, témoin joyeux de l’Amour de Dieu pour les habitants de Levallois. »

Cet objectif commun, publié depuis deux ans dans notre guide paroissial, oriente et colore les actions de la paroisse. Il a fortement marqué, par exemple, notre manière de préparer les fiancés au mariage, l’animation des messes ou le catéchisme. Cela a permis aussi de sensibiliser toute la paroisse à la notion du « next step » où chacun est invité à entrer dans une dynamique de croissance spirituelle. Ainsi, par exemple, à la fin de chaque parcours de formation, chaque personne est rencontrée pour discerner avec elle quel pourrait être « le prochain pas (Next step) » que la paroisse peut lui proposer.

Il nous reste, bien sûr, encore un long chemin pour que toute la paroisse devienne un « ensemble de disciples missionnaires », comme le souhaite le pape François. Il ne s’agit pas de construire une paroisse avec quelques disciples-élites, mais une paroisse où tous sont partie prenante de la mission. Cela peut être exigeant, car ce n’est pas facile pour tout le monde de modifier ses habitudes.

Une paroisse avec quelques disciples-élites, mais une paroisse où tous sont partie prenante de la
mission.

La participation et la coresponsabilité avec ses corollaires : formation à la responsabilité, coordination entre services, subsidiarité.

Notre paroisse a le souci de former suffisamment les chrétiens pour qu’ils puissent vivre pleinement et sereinement leur responsabilité. Cette formation n’est pas d’abord ou uniquement une formation intellectuelle, mais une formation qui intègre les cinq Essentiels de la vie chrétienne : prière, fraternité, formation, service et évangélisation. Il y a deux ans, nous étions plus d’une centaine à suivre le parcours « En Chemin vers l’Essentiel ». Et l’année dernière, nous avons lancé les « fraternités Saint-Justin », qui intègrent à la fois le partage fraternel, la prière et la formation, sur le modèle de « Cana Welcome » qu’on propose volontiers après la préparation au mariage.

Tout cela est un chemin. En effet, cela demande que l’on modifie des habitudes, des priorités, des modes de fonctionnement. Le pape François dénonce souvent le cléricalisme, qui est en effet un des obstacles majeurs pour vivre une vraie synodalité. De fait, il existe plusieurs types de cléricalisme ; on pense en premier à celui qui est engendré par l’attitude des prêtres ou des diacres qui veulent tout régenter ; il est parfois le fruit de l’attitude de laïcs qui ne veulent s’investir dans aucune responsabilité par manque de temps ou parce qu’ils ne sentent ni légitimes ni formés, et se situent donc en consommateurs.

Il existe aussi une autre forme de cléricalisme : celui de laïcs qui prennent une place trop importante sans déléguer ni travailler en équipe. Le service d’Eglise devient alors pour eux un instrument de pouvoir ou de reconnaissance, qui ne laisse pas de place aux autres.

C’est pourquoi se retrouver ensemble en petits groupes de partage permet de vivre une relation fraternelle et non hiérarchique, se recevant ensemble du Seigneur.

Orchestre réuni pour la liturgie

En conclusion

Notre transformation pastorale pour devenir une paroisse synodale commence d’abord par un renouveau spirituel où chaque paroissien, et pas seulement les plus motivés, est appelé à vivre la rencontre personnelle du Christ.

Le deuxième renouveau est le renouveau fraternel. Il implique de passer d’une spiritualité individualiste à une spiritualité de la communion.

Le renouveau missionnaire est le fruit des deux précédents renouveaux.

Passer de l’attention envers ceux qui sont “déjà là” à l’attention à ceux qui n’y sont pas encore !

Intégrer la première annonce – le Kérygme – dans le maximum d’activités paroissiales.

Être attentifs à rendre les célébrations appelantes, accueillantes, nourrissantes et joyeuses.

Ne pas nous arrêter à la simple préparation aux sacrements – baptême, mariage – mais inviter à un cheminement dans la durée.

Pour méditer sur l’Eglise synodale, je vous invite à relire le récit de la pêche miraculeuse en Luc 5,1 où ces trois axes sont bien mis en valeur dans l’action du Christ.

Mieux vivre la synodalité, c’est finalement « avancer au large », en ayant confiance en la parole du Christ qui nous dit de jeter nos filets et de tirer ensemble la barque pleine de poissons vers le rivage.

Cet article fait partie du numéro 74 de la revue FOI

Cheminer ensemble

septembre-octobre-novembre 2022

Formation Chretienne   Vie de l'église  

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

"Make a wish"

Friends in the Lord

It takes a great deal of wisdom and closeness to God to trust a community that is smaller and younger than one's own, and to make room for it. To all of those people who have chosen to walk a part of the "journey" with the Chemin Neuf Community, we asked them to express a wish. Thank you for your re...